DEGOUL Michel, Julien

Par Eric Panthou

Né le 21 février 1926 à Paris (ex Seine, V° arr.), exécuté sommairement le 9 juillet 1944 à Thérondels (Aveyron) ; victime civile.

Fils de François et de Julie Marie Christeil, Michel Degoul était célibataire.
Après les attaques allemandes contre les maquis de la Truyère, trois colonnes ennemies commandées par Jesser recherchaient les maquisards repliés dans les Monts du Cantal autour de Brezons. Le dimanche 9 juillet 1944 les patrouilles allemandes reprirent autour de Narnhac, Vigouroux, Brezons. Dans l’après-midi une patrouille allemande s’avança jusqu’à Thérondels, surprenant des maquisards qui se ravitaillaient et des civils : un FFI est fait prisonnier dans le café Vidal à l’ouest de la place où les Allemands tirèrent sur les clients, en assassinant quatre. Deux jeunes de 18 ans, Michel Degoul et Victor Leymarie, deux pères de famille, Célestin Verrier et Denis Raynal.

Michel Degoul avait 18 ans. Il a été reconnu Mort pour la France (mention du 10 octobre 1945).

Son nom est gravé sur le monument de la Résistance à Sainte-Radegonde (Aveyron) ainsi que sur le monument aux Morts à Thérondels.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239146, notice DEGOUL Michel, Julien par Eric Panthou, version mise en ligne le 5 mars 2021, dernière modification le 4 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : La bataille de la vallée de Brezons. — MémorialGenWeb. — État-civil Thérondels.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément