PELLEGRINETTI Étienne, Ernest, Félix

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 2 avril 1912 à Nîmes (Gard), massacré le 21 août 1944 à Nîmes ; cheminot ; victime civile.

Étienne Pellegrinetti était le fils de Jean et de Maria Cantini. Il était marié et père de trois enfants et exerçait le métier de chauffeur de route au dépôt, à Nîmes.
Le 21 août 1944, il rentrait du travail avec son collègue Célestin Maurissargues et ils furent pris dans une fusillade. Des soldats allemands dispersaient des personnes qui se livraient au pillage de la caserne Montcalm. Ils se cachèrent mais la Feldgendarmerie les fit sortir de leur abri et demanda leurs papiers. Étienne Pellegrinetti prit peur et tenta de prendre la fuite. Un soldat tira cinq coups de fusil sur lui et le tua. Son collègue fut grièvement blessé mais survécut et fut amputé d’une jambe.
Son nom figure sur le monument aux morts du dépôt et sur les plaques apposées dans les bâtiments administratifs et en gare, à Nîmes (Gard).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239173, notice PELLEGRINETTI Étienne, Ernest, Félix par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 6 mars 2021, dernière modification le 10 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Véronique Desormeaux et Henri Dropsy dans le Mémorial des Cheminots victimes de la répression 1940-1945 sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 1143.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément