BALDET Marius, Jean, Antoine

Par Eric Panthou

Né à Le Malzieu-Forain (Lozère), exécuté sommairement par la Résistance le 16 juillet 1944 à Lavastrie, aujourd’hui commune nouvelle de Neuvéglise-sur-Truyère (Cantal) ; cultivateur ; victime civile.

Fils d’Isidore et de Marie Trincald, Marius Baldet se maria le 29 mars 1924 à Le Malzieu-Forain avec Maria Gerlier. Le couple eut deux enfants. Marius Baldet était cultivateur à La Rochette, commune de Lavastrie.
Il aida la Résistance en cachant des armes et en lui fournissant à manger. De même, il avait pris à la ferme un jeune fuyant le STO.
La soirée du 16 juillet 1944, 5 maquisards étaient en train de se restaurer à la ferme des Baldet quand un groupe de 7 autres se présenta, commandés par Robert Mencarelli, alias Marius, du maquis Revanche. Marius demanda à Marius Baldet d’indiquer au groupe comment rejoindre Beynac, commune de Lavastrie. Marius Baldet accompagna le groupe et ne revint pas. Il fut retrouvé le lendemain matin par un de ses fils. Il avait été exécuté d’une balle dans la tempe par Marius et d’une balle en plein cœur par un autre résistant. Selon l’historique du groupe Revanche, responsable de cette exécution, Baldet aurait signalé 2 ou 3 maquisards blessés aux Allemands qui les exécutèrent. En fait il s’agit d’une erreur. C’est à La Bastide, commune de Fridefont, de l’autre côté de la vallée de la Truyère, qu’un résistant blessé, Lanoé, aurait été arrêté et exécuté.
Quelques jours avant qu’il soit exécuté, Marius Baldet s’était disputé avec des maquisards qui lui avaient demandé de transporter avec sa voiture à cheval un blessé se trouvant au village de Polignac, commune de Lavastrie. Marius Baldet avait refusé, arguant du danger et du fait qu’il était père de dix enfants.
Le 16 juillet, sous le proche de l’église de Lavastrie fut affiché le texte suivant : "Monsieur Baldet a été exécuté pour intelligence avec l’ennemi. Défense d’enlever".
Un an plus tard, le papier était encore là quand eut lieu le baptême d’un de ses fils. C’est alors que son épouse arracha le papier.
Au moment du décès, la famille ne reçut aucun soutien et dut enterrer seule la victime. Le curé refusa de célébrer un office religieux.
Un mois après, un membre du maquis se présenta à la ferme et menaça la mère et ses enfants de représailles s’ils parlaient.
En 1951 Marius Baldet fut réhabilité avec la mention Mort pour la France (1er août 1951) suite à décision du Ministère des anciens combattants et victimes de guerre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239188, notice BALDET Marius, Jean, Antoine par Eric Panthou, version mise en ligne le 7 mars 2021, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Jean Favier, Mémorial du réduit de la Truyère, Aurillac, Union des ACVG - CVR du Cantal, Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2008. — "Une réhabilitation : M. Marius Baldet, fermier à Lavastrie", La Dépêche, 24 août 1951. — Généanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément