VIDON Joseph, André

Par Jean-Luc Marquer

Né le 17 février 1919 à Creys-et-Pusignieu (aujourd’hui, Creys-Mépieu, Isère), mort au combat le 28 août 1944 à Saint-Bonnet-de-Mure (Isère, aujourd’hui Rhône) ; cultivateur ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Joseph VIDON
Joseph VIDON
Photo : Jean-Luc Marquer

Joseph, André Vidon était le fils de Marius et de Florence, Anastasie Giroud, son épouse.
Il épousa Lucienne Rostaing.
En 1944, la famille habitait à Mépieu (aujourd’hui Creys-Mépieu, Isère) où Joseph Vidon était cultivateur.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs du maquis de Morestel-Ambléon, dépendant du secteur 7 de l’AS-Isère.
Ses services sont homologués à partir du 1er juin 1944.
Le 28 août 1944, vers 16 heures, dans le secteur de la Mi-Plaine, à l’Est de Lyon (Rhône), une centaine de résistants ayant pour mission de ne pas relâcher la pression sur l’occupant, se retrouvèrent face aux chars et automitrailleuses ennemis. De violents combats eurent lieu dans la région de Saint-Bonnet-de-Mure (Isère, aujourd’hui Rhône) et Saint-Laurent-de-Mure (Isère, aujourd’hui Rhône) où les maquisards furent surpris à découvert par des blindés ennemis munis de mitrailleuses lourdes. Trente-et-un maquisards trouvèrent la mort dans la plaine tandis que les hommes de la Wehrmacht poursuivaient leur route vers le nord avec des prisonniers.
Alors qu’ils essayaient de faire démarrer leur véhicule, un groupe de 5 hommes fut pris pour cible par un bataillon allemand très proche. Joseph Vidon et le chauffeur Georges Buttin furent tués sur le coup. Les autres furent blessés et faits prisonniers. Les prisonniers emmenés à Loire-sur-Rhône (Rhône), Pierre Soulez, Valéry Catallo de la 5ème section et Antoine Ponsard, chauffeur y furent fusillés.
Toutefois, l’acte de décès établi à la mairie de Saint-Laurent-de-Mure indique qu’il mourut dans cette commune vers 20 heures au lieu-dit "La Cra" le 29 août 1944, ce qui n’est pas cohérent avec le témoignage rapporté cité dans les sources.
Joseph Vidon obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’intérieur.
Son nom figure sur la stèle F.F.I. de Saint-Bonnet-de-Mure, sur les monuments aux morts de Creys-et-Pusignieu et Mépieu, sur celui de Bourgoin-Jallieu : Les résistants du secteur 7 à leurs camarades...(Isère) et sur le monument commémoratif du maquis d’Ambléon à Ambléon (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239189, notice VIDON Joseph, André par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 9 juin 2021, dernière modification le 9 juin 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Joseph VIDON
Joseph VIDON
Photo : Jean-Luc Marquer

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 593248 (à consulter) ; GR 19 P 38/14 et 38/15 — AVCC Caen, AC 21 P 170879 (à consulter) — Mémorial GenWeb — Mémoire des hommes — Geneanet — Témoignage — État civil (acte de décès)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément