BARTOLI André

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 15 juillet 1913 à Petreto-Bicchisano (Corse, Corse du sud), mort en action le 23 août 1944 à Autruy-sur-Juine (Loiret) ; cheminot ; résistant des Forces françaises combattantes (FFC).

André Bartoli était le fils de Pierre et de Marie Antoniola Andrieux. Il entra au chemin de fer et exerçait le métier de facteur mixte en gare de Château-Gaillard (Eure-et-Loir) sur ligne Paris-Bordeaux, sur la commune de Santilly. Il était marié avec Marie Ernestine et le couple était domicilié 5 rue Arthur-Lambert, à Toury (Eure-et-Loir).
Il entra dans la Résistance et rejoignit les FFI du département au maquis de Toury, secteur Narval pour participer aux combats de la Libération. Il fut tué le 23 août à Autruy-sur-Juine en poursuivant avec son groupe des soldats allemands.
Il est inhumé dans le caveau de la famille "Ame" Coureau, au cimetière communal, à Larrazet (Tarn-et-Garonne).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de lieutenant des Forces Françaises combattantes (FFC).
Son nom figure sur le monument aux morts et les plaques commémoratives de l’église Saint-Denis et de la mairie, à Toury (Eure-et-Loir) et le monument aux morts, à Petreto-Bicchisano (Corse du Sud).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239325, notice BARTOLI André par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 mars 2021, dernière modification le 15 mars 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers SHD 36166 et AC 21 P 14930 (non consultés).— Notice sans auteur dans le Mémorial des Cheminots victimes de la répression 1940-1945 sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 1523.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément