GORET Louis, Maurice, François [Pseudonyme dans la résistance : Bertrand]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 27 novembre 1906 à Sainte-Geneviève (Oise), mort au combat le 9 juin 1944 à Catus (Lot) ; comptable ; résistant ; FTPF-FFI.

Louis Goret
Louis Goret
SOURCE : L’Union

Louis Goret était le fils de Louis Gustave Goret, facteur des postes, et de Mathilde Vérité, ménagère. Il avait épousé Angèle Henriette Bablot et le couple, qui avait deux jeunes enfants nés en 1934 et 1939, était domicilié à Reims (Marne) où Louis Goret exerçait la profession de comptable aux Verreries mécaniques champenoises.

Fait prisonnier en 1940 à Sewen (Haut-Rhin), il s’évada le 28 août 1941 avec deux camarades du camp de Neuf-Brisach (Haut-Rhin annexé) et parvint à rejoindre Reims le 2 septembre 1941. Recherché par la Feldgendarmerie, il se réfugia en juillet 1942 en zone Sud. Il trouva un emploi de comptable au Camp des Travailleurs Étrangers n° 554 de Catus (Lot) et il s’engagea dans la 3e compagnie FTPF-FFI (Francs-tireurs et partisans français/Forces françaises de l’intérieur) de Catus. Le 9 juin 1944 au soir, son groupe qui avait reçu l’ordre de protéger un parachutage dans le secteur de Catus, fut surpris par des soldats allemands. Louis Goret a été tué au combat alors qu’il protégeait la retraite de ses camarades.

L’acte de décès numéro 19, dressé le 24 octobre 1944 à l’état civil de Catus sur la déclaration d’un camarade de résistance, Yves Marius Fagetou alias Roland, comptable à Catus, déclare que Louis Goret est décédé le 9 juin 1944 à 23 heures 30 minutes, au lieu-dit Le Grafiol.

D’abord enterré à Catus, le corps de Louis Goret a été exhumé et ré-inhumé dans le cimetière du Nord à Reims.

Louis Goret a été reconnu « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Le titre de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) lui a été décerné.

Dans le Lot, son nom est gravé sur le monument aux morts de Catus.
À Reims, une plaque commémorative a été apposée en 1947 par la municipalité à son domicile 9, rue Bruyant. La maison ayant été détruite, une plaque refaite à l’identique conserve son souvenir au square des victimes de la Gestapo. Il figure sur le monument aux martyrs de la Résistance et de la Déportation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239331, notice GORET Louis, Maurice, François [Pseudonyme dans la résistance : Bertrand] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 15 mars 2021, dernière modification le 15 mars 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Louis Goret
Louis Goret
SOURCE : L’Union
Dans le cimetière du Nord à Reims
Dans le cimetière du Nord à Reims
Dans le square des victimes de la Gestapo</br> à Reims
Dans le square des victimes de la Gestapo
à Reims
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br>à Reims
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
à Reims
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 195 869. – SHD, Vincennes, GR 16 P 263448. – ONACVG-SD51, dossier CVR. – L’Union (photo), 8 août 1946. – Association du Musée de la Résistance du Lot. – Mémorial GenWeb. – État civil, Sainte-Geneviève (acte de naissance) ; Catus (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément