GARIN Ernest, Louis [cheminot]

Par Jean-Jacques Doré

Né le 30 octobre 1893 à Féternes près de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) ; charcutier puis cheminot ; trésorier du syndicat CGT des Cheminots de Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) réseau État de 1933 à 1935 et de 1936 à 1938.

Fils de Marie Dutruel, domestique, légitimé par le mariage de Marie avec Jean, Marie Garin le 9 mars 1901, Ernest, nez aquilin, blond aux yeux bleus d’ 1 m. 72, charcutier, fut versé dans les services auxiliaires lors de son incorporation en 1913. Affecté dans un régiment de chasseurs en août 1914, le caporal Guérin fut décoré de la Croix de guerre avec étoile, accompagnée de la citation : "Très bon soldat courageux et brave, a, au cours des derniers combats, assuré les liaisons dans des circonstances difficiles". Fait prisonnier au « Bois-le-chaume » le 9 novembre 1917, il fut rapatrié le 20 décembre 1918.

Le 21 juin 1921, il intégra les chemins de fer de l’État et fut affecté à la gare de Rouen comme facteur mixte. Il rejoignit en 1922 le syndicat CGT des Cheminots de Rouen, affaibli par le départ de 60 militants qui avaient formé une organisation unitaire (CGTU) le 21 décembre 1921.

Au départ d’Hohoré Lemercier, le secrétaire général, absorbé par ses fonctions à la direction de l’Union départementale, un nouveau bureau prit en charge en janvier 1933, les destinés du syndicat fort de 300 adhérents, il était composé de Henri Lecourtier (secrétaire), Alfred Lemelle (secrétaire adjoint), Ernest Garin (trésorier), René Morin (trésorier adjoint) et Albert Fauvel (archiviste).

Réélu trésorier jusqu’en 1935, il participa aux négociations sans nuage, qui aboutirent à la fusion des syndicats confédéré et unitaire les 15 et 16 octobre 1935. Le bureau d’unité fut élu le 15 janvier 1936, il comprenait alors Georges Dehais (ex unitaire secrétaire), Honoré Lecourtier (confédéré secrétaire adjoint), Ernest Garin (confédéré trésorierJ, Joseph Léonide (ex unitaire trésorier adjoint) et Henri Demanneville (ex unitaire archiviste). Il géra la trésorerie du syndicat CGT des Cheminots de Rouen (ex réseau État) jusqu’en janvier 1939.

Ernest Garin s’était marié à Craon (Mayenne) le 4 novembre 1919 avec Germaine Thouin, ils habitaient 4 rue Marquis à Rouen.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239356, notice GARIN Ernest, Louis [cheminot] par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 27 novembre 2021, dernière modification le 19 novembre 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Com. Rouen 7 F 3 Syndicats hôpitaux, gaz et rail. — Arch. Dép. Seine-Maritime 2 Z 8500 Syndicats de cheminots, 10 MP 1410 bis Syndicats dissous après 1936. — Arch. Dép. Haute-Savoie État civil, Registre matricule militaire. — Arch. de l’UD CGT liasse CGT 1930-1935. — Notes de Louis Botella. — , organe de la Fédération nationale CGT des chemins de fer 14 février 1938 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des Cheminots.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément