FLEURY Marie-Thérèse [née NAUDIN Marie-Thérèse]

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Née le 21 juillet 1907 à Paris (XIVe arr.), morte en déportation le 16 avril 1943 à Auschwitz ; auxiliaire des PTT ; militante communiste et syndicaliste de Paris.

Marie-Thérèse Naudin était auxiliaire des PTT et militante des Jeunesses communistes lorsqu’elle épousa Emmanuel Fleury le 23 janvier 1932 à Paris (Ve arr.). Ils eurent un enfant. Devenue employée titulaire des PTT, elle siégea à la commission exécutive de la Fédération postale unitaire et fut un temps trésorière fédérale adjointe.

En juillet 1940, elle fit partie du groupe de quatre syndicalistes communistes des PTT (avec Henri Gourdeaux*, F. Picot*, Jean Grandel*) qui décidèrent de jeter la base d’un mouvement clandestin. La police l’arrêta le 23 octobre 1941 et l’accusa d’avoir servi d’agent de liaison pour plusieurs militants des PTT : Victor Bevillard, Laumain* et Sabini*. Elle passa devant un conseil de guerre allemand le 18 juin 1942. Internée au camp de Romainville puis de Compiègne, elle fut déportée à Auschwitz le 24 janvier 1943 et y mourut, selon la date officielle, le 16 avril 1943.
Elle obtint le statut de déportée politique.

Une plaque commémorative fut posée à son domicile 5 rue Dulaure (XXe arr.).

Elle avait un fille, Denise.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23950, notice FLEURY Marie-Thérèse [née NAUDIN Marie-Thérèse] par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 19 décembre 2008, dernière modification le 26 septembre 2021.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo. 89, 23 octobre 1941. — L’Éveil du XXe, 4 mars 1945. — Préfecture de Paris, Les plaques commémoratives des rues de Paris, 1981, La Documentation française. — Arch. IHS des PTT. — Notes de J. Charles. — État civil de Paris (XIVe arr.).

ICONOGRAPHIE : Emmanuel Fleury, La Participation des Postiers parisiens à l’insurrection nationale, Paris, 1944, 35 p.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément