WALGRAEF Kamiel.

Par Renée Dresse

Neder-Over-Heembeek (Bruxelles, pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 25 décembre 1919 – Alost (Aalst, pr. Flandre orientale, arr. Alost), 20 janvier 1976. Cadre à la Régie des télégraphes et des téléphones (RTT), militant syndical chrétien, dirigeant national du Syndicat chrétien des chemins de fer, postes, télégraphes, téléphones, marine aéronautique et radio-télévision belge - RTB (CPTTMAR), échevin social-chrétien d’Erembodegem (aujourd’hui commune d’Alost).

La famille Walgraef aménage à Erembodegem alors que Kamiel a trois ans. Ce dernier effectue ses études primaires et secondaires à l’école communale pour garçons d’Alost puis au collège Saint-Martin. Il en sort avec son diplôme d’humanités en 1938. Il entame des études supérieures à l’École sociale régionale à Alost. Durant cette période, il adhère à la Kristelijke arbeidersjeugd (KAJ – Jeunesse ouvrière chrétienne).

En juin 1939, Kamiel Walgraef est engagé comme rédacteur à la Régie des télégraphes et des téléphones (RTT). Il y poursuit toute sa carrière professionnelle en devenant successivement, sous-chef de bureau le 1er juillet 1949, chef de bureau principal le 1er janvier 1953, directeur le 5 avril 1958, directeur administratif le 21 août 1969, et, le 1er août 1971, directeur général.

Très actif au sein du mouvement ouvrier chrétien, Kamiel Walgraef milite au Syndicat chrétien des chemins de fer, postes, télégraphes, téléphones, marine aéronautique et radio-télévision belge - RTB (CPTTMAR) dès son entrée dans la vie professionnelle. En 1950, il devient membre du comité national du syndicat. Il est nommé secrétaire national pour le secteur RTT en 1954. En 1962, il est secrétaire général adjoint du groupe État pour la région flamande et membre du comité exécutif (national). En mars 1963, il est nommé secrétaire général du Syndicat chrétien des CPTTMAR. Il occupe cette fonction jusqu’à sa mort en 1976. Il est remplacé à ce poste par Maurice De Kerpel*.
De 1947 à 1961, Walgraef est membre du bureau de la Fédération – interprofessionnelle – des syndicats chrétiens d’Alost.

Dès 1945, Kamiel Walgraef s’investit dans l’action politique, au sein du Christelijke volkspartij (CVP – Parti social-chrétien), fondé à la suite de la réforme du parti catholique d’avant-guerre. Il est élu au conseil communal d’Erembodegem en 1946. Il est membre du bureau du CVP de l’arrondissement d’Alost de 1946 à 1952. Suite aux élections communales de 1952, il est nommé échevin des Travaux publics d’Erembodegem.

Marié à Paula De Bolle (1921-2003) depuis 1942, Kamiel Walgraef est le père de trois filles et deux garçons. Il est détenteur de plusieurs distinctions honorifiques dont : chevalier de l’ordre de Léopold, chevalier de l’ordre de la Couronne, commandeur de l’ordre de Léopold II. Un hommage posthume lui est rendu le 13 février 1982 à Erembodemgen. Tous (hommes politiques, syndicalistes) soulignent sa disponibilité, sa capacité d’écoute et sa volonté d’agir en faveur de tous, particulièrement des travailleurs. Une plaine de jeux, proche de la gare d’Erembodegem, porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239509, notice WALGRAEF Kamiel. par Renée Dresse, version mise en ligne le 21 mars 2021, dernière modification le 21 mars 2021.

Par Renée Dresse

SOURCES : Le Bon combat, 15 septembre 1954, p. 4 ; 15 mars 1962, p. 1 ; 23 septembre 1970, p. 1 ; 11 février 1976, p. 1 – DE BRUYN, « Kamiel Walgraef : goede echtegenoot, geestdriftige, maatschappelijke en kulturele werken, rasechte syndikale leider », De Voorrpost, 12 februari 1982, p. 10 ; D.B., « In memoriam Kamiel Walgraef uit Erembodegem », De Voorpost, 17 januari 1986, p. 7, dans Site Web : Digitaal krantenarchief - Stadsarchief Aalst, page consultée le 10 février 2021 – « Pierre tombale de la famille Walgraef-De Bolle, cimetière d’Erembodegem, dans Site Web : geneanet.org, page consultée le 10 février 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément