WIEDIG Émile.

Par Renée Dresse

Quévy-le-Petit (commune de Quévy, pr. Hainaut, arr. Mons), 16 octobre 1926 – Saint-Ghislain (pr. Hainaut, arr. Mons), 4 février 2009. Cheminot, militant chrétien, membre du Syndicat chrétien des chemins de fer, postes, télégraphes, téléphones, marine aéronautique et radio-télévision belge - RTB (CPTTMAR) de la région de Mons, membre du Parti social-chrétien (PSC).

Émile Wiedig est le fils de Fernand Wiedig, mineur, membre du syndicat chrétien, et d’Alice Clément, ménagère. Après des études primaires et secondaires (4e degré), il entre à la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) où il devient conducteur de machines. Depuis 1944, il est délégué syndical, représentant le Syndicat chrétien des chemins de fer, postes, télégraphes, téléphones, marine aéronautique et radio-télévision belge - RTB (CPTTMAR), à la remise aux locomotives de Saint-Ghislain.

Marié à Gisèle Dussart depuis le 22 mai 1948, Émile Wiedig, qui est membre du Parti social-chrétien (PSC), est pensionné le 1er février 1982.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239512, notice WIEDIG Émile. par Renée Dresse, version mise en ligne le 21 mars 2021, dernière modification le 21 mars 2021.

Par Renée Dresse

SOURCES : CARHOP, fonds Jean Neuville, réponses d’Émile Wiedig au questionnaire d’enquête, années 1980 – Le Bon combat, 11 mars 1965, p. 3 – Faire-part de décès d’Émile Wiedig, dans Site WEB : enaos.be, page consultée le 2 février 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément