LECCIA Marcel, Mathieu, René

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 1er janvier 1911 à Mirande (Gers), pendu le 14 septembre 1944 à Buchenwald ; résistant ; FFC, réseau Labourer/Buckmaster.

Marcel Leccia
Marcel Leccia
SOURCE : Mémorial GenWeb

Marcel Leccia était le fils de Paul Antoine Leccia, sergent-major au 88e RI en garnison à Mirande (Gers), et de Marie Géromine Cervotti, sans profession. Il avait épousé Alice Beitz le 13 mai 1937 à Paris (XXe arr.), mariage dissous le 19 mai 1942 par jugement du tribunal civil de Châteauroux (Indre).

Agent du réseau SOE (Special Operations Executive) Labourer/Buckmaster, le capitaine Marcel Leccia fut envoyé en France avec les lieutenants Élisée Allard et Pierre Geelen. La mission de ce groupe, parachuté sur le territoire de la commune de Néret (Indre) dans la nuit du 5 au 6 avril 1944, était de faire sauter un bâtiment occupé par l’état-major allemand près d’Angers (Maine-et-Loire), puis d’organiser un groupe de sabotage dont l’objectif était de détruire les voies ferrées de la gare de triage de Saint-Pierre-des-Corps, dans la banlieue de Tours (Indre-et-Loire).
Le 27 avril 1944, alors qu’ils cherchaient à entrer en contact avec la résistance locale, ils tombèrent sur un agent double, furent arrêtés par la Gestapo dans la maison des instituteurs de Briantes (Indre) où ils étaient hébergés depuis leur parachutage en France. Transférés dans la région parisienne, ils furent internés à la prison de Fresnes.

Selon le Livre-mémorial des déportés de France, Marcel Leccia et ses deux camarades ont été déportés en Allemagne par le convoi 260 parti de la gare de l’Est le 8 août 1944 et arrivé le lendemain au camp de Sarrebruck-Neue-Bremm. Ils ont été transférés le 17 août à Buchenwald, où Marcel Leccia a reçu le matricule 15 1374 (matricule déjà attribué à un autre déporté décédé).
Tous les trois ont été pendus à Buchenwald en même temps qu’une quinzaine d’agents du SOE le 14 septembre 1944. Le Livre-mémorial des déportés de France retient la date du 10 septembre 1944

En France, Marcel Leccia a été homologué FFC au titre du réseau Labourer/Buckmaster. Le titre d’Interné-résistant lui a été décerné, ainsi que la Médaille de la Réssistance par décret du 31 mars 1947, publié au JO du 23 décembre 1948.

Dans l’Indre, une stèle a été érigée en 1946 à Néret par les parents du capitaine Marcel Leccia, sur laquelle est gravé un parachute surmontant l’inscription :
« Parachutés à Néret le 6 avril 1944. Exécutés à Buchenwald le 14 septembre 1944 - À la mémoire de notre fils le capitaine Marcel Leccia et de ses camarades les lieutenants Allard et Geelen fusillés à Buchenwald le 14 septembre 1944 - Dignes descendants de nos héros ».
À Briantes, une plaque a été apposée après la guerre sur la façade de la maison des instituteurs où ils ont été arrêtés, qui porte l’inscription :
« La Résistance aux officiers martyrs
LECCIA Marcel
ALLART Elisée (ALLARD Élisée)
GEELEN Pierre
parachutés à Néret arrêtés ici par la Gestapo le 27 avril 1944
exécutés à Buchenwald »
À Valençay, le nom de Marcel Leccia est inscrit sur la plaque commémorative érigée au pied du Mémorial de la section française du SOE.

En Allemagne, il figure sur la liste des agents SOE dont la mémoire est honorée par une plaque apposée en 2010 à l’intérieur de l’ancien camp de concentration de Buchenwald à Weimar.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239545, notice LECCIA Marcel, Mathieu, René par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 24 mars 2021, dernière modification le 25 mars 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Marcel Leccia
Marcel Leccia
SOURCE : Mémorial GenWeb
À Néret
À Néret
Sur la façade de l'école de Briantes
Sur la façade de l’école de Briantes
À Valençay
À Valençay
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCE : SHD, Vincennes, GR 16 P 348922. – Livre-Mémorial des déportés de France, Tirésias, 2004. – Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance-Le service secret britannique d’action SOE en France 1940-1944, Tallandier, 2008. – Mémorial GenWeb (photo). – État-civil, Mirande (acte de naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément