PÉRON Georges, Benjamin, Alain, Ernest

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 1er novembre 1905 à Luisant (Eure-et-Loir), mort en action le 19 août 1944 à Saint-Clément-des-Levées (Maine-et-Loire) ; cheminot ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Georges Péron était le fils de Marie Jeanne Stéphanie Péron. Il fut d’abord employé de commerce et entra au chemin de fer le 22 mai 1923 comme élève de bureau à l’essai en gare de Nantes. Confirmé l’année suivante, il fut nommé mineur facteur le 1er juin 1925. Il fut licencié quelques mois plus tard, après son service militaire pour "baisse du trafic". Il fut réadmis le 1er décembre 1928 comme facteur aux écritures à l’essai en gare de Montmorillon puis muté à Hennebont et ensuite dans les gares de Malestroit (Finistère), La Baule (Loire-Inférieure) et La Chapelle-Anthenaise, près de Laval (Mayenne). Il se maria une première fois le 3 mai 1929 à Nantes avec Simone Marie Adèle Brachet et se remaria le 1er juin 1931 à Escoublac-La Baule avec Suzanne Renée Germaine Roger, employée SNCF, dont il eut deux enfants, l’un né en 1932 mais décédé en 1939 et le second né en 1935. Le 21 novembre 1935, il fut nommé chef de halte à Saint-Clément-des-Levées sur la ligne Nantes-Lyon.
Georges Péron entra dans la Résistance en 1942 et participa à plusieurs sabotages au moment du débarquement de Normandie. L’un d’eux permit le ralentissement d’un train de déportés vers l’Allemagne, favorisant l’évasion de plusieurs prisonniers. En août 1944, il participa aux combats de la Libération. Le 19 août, à la tête d’une dizaine d’hommes, il attaqua un détachement allemand qui venait de franchir la Loire. Lors de l’assaut, il reçut une balle en plein front et mourut 45 minutes plus tard.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès.
Son nom figure sur la stèle commémorative et le monument aux morts, à Saint-Clément-des-Levées, où une rue porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239653, notice PÉRON Georges, Benjamin, Alain, Ernest par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 28 mars 2021, dernière modification le 28 mars 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossier SHD GR 16 P 467564 et AC 21 P 130294 (non consultés).— Notice sans auteur dans le Mémorial 1940-1945 des Cheminots victimes de la répression, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1576.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément