PUGET Jean, Pierre, René

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 18 octobre 1924 à Riedisheim (Haut-Rhin), mort en action le 21 juillet 1944 ; cheminot ; résistant non homologué.

Jean Puget entra à la SNCF sous l’Occupation comme mineur facteur aux écritures à Crest (Drôme). Il entra dans la Résistance après le débarquement du 6 juin 1944 e Normandie et rejoignit les FFI du département. Le 21 juillet 1944, les Allemands montant à l’assaut des Maquis du Vercors, furent d’abord attaqués par la Compagnie Chapoutat et subirent de lourdes pertes au pont des Grands Chenaux entre Aouste-sur-Sye et Blacons.
Remontant la Vallée de la Drôme, ils se heurtèrent en début d’après-midi à la Compagnie Pons en position des deux côtés de la rivière Drôme et le long de la route départementale entre Saillans et Espenel.
Ce dernier village va payer un lourd tribut et être complètement incendié par l’ennemi.
Jean Puget fut tué au combat le 21 juillet 1944, à Saillans (Drôme).
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès. Il ne possède pas de dossier avec homologation à la Résistance.
Son nom figure sur le monument commémoratif placé à l’entrée du pont d’Espenel, à Espenel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239665, notice PUGET Jean, Pierre, René par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 29 mars 2021, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossier SHD Caen AC 21 P 134751 (nc).— Notice sans auteur dans le Mémorial 1940-1945 des Cheminots victimes de la répression, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1581.— Musée de la Résistance en ligne COMBAT DU TUNNEL ROUTIER DE SAILLANS LE 21 JUILLET 1944 par Albert Fié et Robert Serre.— Nombreux articles commémoratifs.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.
AC 21 P 137741

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément