ROUSSET Lucien, Roger

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 30 août 1913 à Poitiers (Vienne), mort à l’hôpital le 24 avril 1945 à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) des suites de ses blessures ; cheminot ; résistant de l’armée secrète de Corrèze (AS) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Lucien Rousset entra au chemin de fer à la compagnie du Paris-Orléans (P-O) le 1er avril 1937. Il devint élève mécanicien au dépôt de Brive-la-Gaillarde, où il était domicilié avec son épouse et leurs trois enfants. Il entra dans la résistance dès 1942. En 1944 avec le pseudonyme "Mimosa", il devint un des cadres de l’armée secrète en Corrèze. Le 9 juin 1944, avec sa section, il quitta le poste de commandement de La Grafouillère pour établir sur la route de Beaulieu un barrage destiné à retarder l’avancée vers le nord de la division SS "Das Reich". Lorsque les Allemands arrivèrent les tirs furent nourris mais devant la supériorité ennemie, Lucien Rousset dut ordonner le repli, laissant un mort sur le terrain. C’est au cours du repli effectué sous le tir ennemi que Lucien Rousset tomba dans un excavation rocheuse de deux mètres de profondeur. Relevé sans connaissance par ses camarades qui réussirent à le ramener au poste de commandement, il reçut les soins du médecin de l’armée secrète (AS) qui diagnostiqua une hémorragie méningée grave nécessitant une hospitalisation d’un mois à l’hôpital de campagne de Mascheix. Par la suite, il continua de souffrir de céphalées violentes qui le contraignirent à prendre un poste de l’arrière. Il mourut le 24 avril 1945 des suites de ses blessures à l’hôpital de Brive-la-Gaillarde (Corrèze).
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès et fut homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument commémoratif 1939-1945, place du 15 août 1944 et sur la stèle commémorative 1939-1945 du cimetière communal, à Brive-la-Gaillarde (Corrèze).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239681, notice ROUSSET Lucien, Roger par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 30 mars 2021, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers SHD GR 16 P 524650 et AC 21 P 130110 (non consultés).— Notice sans auteur dans le Mémorial 1940-1945 des Cheminots victimes de la répression, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1584.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément