TOULZÉ Georges

Par André Balent, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 24 mars 1925 à Capdenac (Lot), mort en action le 24 juillet 1944 à Causse-et-Diège (Aveyron) ; cheminot ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) homologué Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Georges Toulzé était fils de cheminot. Il fit partie de la promotion 1940-1943 des apprentis SNCF au dépôt de Capdenac (Aveyron). Il fut nommé mineur ouvrier à l’essai en 1944. Il entra dans la Résistance avec le pseudonyme Sauzy à Salvagnac-Saint-Loup, commune aujourd’hui fusionnée avec Causse-et-Diège (Aveyron).

Il avait rejoint le "maquis d’Ols" (Aveyron) rebaptisé maquis "Dominique Vincetti", qui faisait partie de la la 4201e compagnie de FTPF (Aveyron) . ce maquis avait un chef charismatique en la personne d’un communiste corse, François, Antoine Vittori. Ce maquis était actif à l’ouest du département et sur des marges tarnaises, dans la région de Carmaux. Vers le 20 juillet 1944, des forces allemandes (infanterie et blindés) franchirent le Lot. Devant des forces supérieures, les éléments présent de l’ORA et des CFL (AS), parmi les quelles des éléments des "groupes Vény" surtout actifs dans le Lot, décrochèrent sans livrer de combats. Les FTPF du maquis d’Ols décidèrent de harceler les colonnes allemandes en mouvement. Les combats les plus durs furent livrés pendant deux jours par une soixantaine de maquisards de la 4201e compagnie des FTPF de l’Aveyron sur le plateau de Gelles les 24 et 25 juillet 1944. Les maquisards affrontèrent la colonne allemande SS "Wilde", de la 11e division blindée qui, depuis Capdenac faisait mouvement vers Villefranche-de-Rouergue (Aveyron).

Le maquis a eu, selon des sources aveyronnaises fiables, 18 tués au combat de Gelles. Georges Toulzé qui participa à l’engagement fut tué dans ce combat .

Georges Toulzé obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur l’acte de décès et fut homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Capdenac (Lot) et la plaque commémorative SNCF de Capdenac-Gare (Aveyron) et le monument commémoratif du combat de Gelles, à Causse-et-Diège (Aveyron). Il ne figure pas sur le grand monument mémorial de la Résistance rouergate de Sainte-Radegonde (Aveyron)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239702, notice TOULZÉ Georges par André Balent, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 31 mars 2021, dernière modification le 2 avril 2021.

Par André Balent, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers SHD GR 16 P 574870 (nc). — Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1591. — Christian Font, Henri Moizet, Maquis et combats en Aveyron, Chronologie 1936-1945, Rodez & Toulouse, ONAC Aveyron, ANACR Aveyron, CRDP Midi-Pyrénées, 2e édition, 2001, 412 p. [ pp. 319-320]. — Sources de la notice de François Antoine Vittori. — Mémoire des Hommes (consulté par Jean-Louis Ponnavoy). — Mémorial Genweb (consulté par jean-Louis Ponnavoy et André Balent, 1er avril 2021).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément