LE RAY Alfred, Eugène, Yves

Par Annie Pennetier

Né le 1er octobre 1922 à Concarneau (Finistère), exécuté sommairement le 25 juin 1944 à Melgven (Finistère) ; employé de banque ; résistant.

Alfred Le Ray, célibataire, était le fils de Alfred Le Ray, charpentier calfat et de Louise Yvonne Le Dé, ouvrière d’usine, domiciliés à Concarneau. Il travailla de 1938 à 1940 à la caisse locale du Crédit Lyonnais à Concarneau où il était un des responsables concarnois de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Requis au STO, il fut affecté à Brest, la pointe Saint-Mathieu d’où il s’échappa.
Devenu clandestin, il alla se cacher dans le bois de Saint-Georges. Son ami René Le Meur avec lequel il apprenait le métier de menuisier dans l’atelier familial de la rue des Sables-Blancs à Concarneau, avait rejoint la résistance auprès d’André Le Floch, négociant, membre de Vengeance. Alfred Le Ray retrouva ses camarades résistants. Les sabotages de lignes téléphoniques se multiplièrent, comme le 24 juin 1944 à Trégunc. Le lendemain, sur la commune voisine de Melgven, la Feldgendarmerie déclencha une opération contre le maquis de Saint-Antoine où cantonnaient des résistants de Vengeance. Près de la ferme de Kerguézit, ils s’emparèrent d’Alfred Le Ray et de Georges Beaujean, étudiant, tous deux réfractaires munis de faux-papiers, puis le capitaine Diebolt les abattit d’une balle dans la tête. Ils obligèrent le jeune Loïc Le Floch à creuser les tombes de ses camarades. Celui-ci témoigna dans le procès contre Diebolt tenu à Paris après-guerre.
Reconnu Mort pour la France, Alfred le Ray fut homologué FFI et interné résistant (DIR).
Une stèle a été érigée sur le lieu du drame.
Son nom est gravé sur le monument aux morts de Concarneau où une rue Alfred-Le Ray l’honore.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239730, notice LE RAY Alfred, Eugène, Yves par Annie Pennetier, version mise en ligne le 2 avril 2021, dernière modification le 5 avril 2021.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Finistère, fonds Le Grand. — SHD, Vincennes, GR 16P 562212 (nc). — Georges-Michel Thomas et Alain Le Grand, Le Finistère dans la Guerre (1939-1945), tome II : la Libération, p. 377.— Reynald Secher, Histoire de résistance en Bretagne, Presses de la Cité, 1994, p. 106-108 — Mémoire des hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément