BAROT Achille, Gaston

Né le 10 avril 1887 à Chartres (Eure-et-Loir), victime civile des combats de la Libération morte le 17 août 1944 à Gellainville (Eure-et-Loir) ; cheminot ; victime civile.

Achille Barot était le fils d’Isidore Stanislas, maçon et d’Angéline Émile Augustine Pichoté, sans profession. Il se maria le 29 octobre 1910 à Chartres avec Albertine Aimable Eugénie Meslay.
Il exerçait le métier de cheminot et était domicilié à Chartres. Le 17 août 1944, en plein combats pour la Libération, il allait retrouver sa fille qu’il croyait réfugiée chez ses voisins. Il la trouva morte, victime des bombardements et des combats en cours. Il releva son corps et sur le chemin du retour, il se trouva pris dans un combat entre les Américains et les Allemands. Il fut touché au ventre par un tir de mitrailleuse et mourut quelques instants plus tard, dans une ambulance américaine, à Gellainville (Eure-et-Loir).
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès. Son nom figure sur ;le monument aux morts avec le prénom Gaston et sur la plaque commémorative 1939-1945 de la SNCF, en gare, à Chartres (Eure-et-Loir).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239743, notice BAROT Achille, Gaston, version mise en ligne le 2 avril 2021, dernière modification le 2 avril 2021.

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1600.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément