DÉZÉ Henri

Par Pierre Baudrier

Né le 14 février 1813 à Dijon, mort à Paris le 19 avril 1851 ; élève de l’École Polytechnique, promotion 1832, proche des élèves du Procès des 27 compromis dans la préparation d’une insurrection le 28 juillet 1833, préfet en 1848.

Henri Dézé avait été reçu à l’École Polytechnique 110e en 1832 et rayé des contrôles le 26 avril 1834. Admis à concourir à nouveau en 1834 il fut reçu 69e mais ne rejoignit pas, démissionna et fut à nouveau rayé des contrôles le 20 janvier 1835.
Le Procès des 27 l’avait innocenté. Il avait témoigné que présent au café Lamblin le 28 juillet 1833, avec des camarades de l’École tels que Latrade et Rouet, il avait refusé de les accompagner à la fabrique d’armes Laurent rue des Trois-Bornes n° 30, pour fondre des balles. Au procès, Latrade sera expressément accusé de lui avoir fait une proposition non agréée de participer à un complot.
Le rayant des contrôles le 26 avril 1834, la direction de l’École se montrait moins indulgente que les juges. En 1843 on le retrouve professeur, de classe préparatoire à Polytechnique sans doute, auteur de « tableaux polytechniques » de chimie. Il fut préfet de l’Ain en août 1848, remplacé en novembre 1849.
Il mourut des suites d’un accident, eut des obsèques religieuses à l’église Saint-Laurent, faubourg Saint-Martin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239748, notice DÉZÉ Henri par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 2 avril 2021, dernière modification le 2 avril 2021.

Par Pierre Baudrier

SOURCES : Gazette des Tribunaux, 1er décembre 1833. – Journal des débats politiques et littéraires, 11 novembre 1843, p. 3 ; 22 novembre 1849, p. 2, 1ère col. ; 20 avril 1851, p. 2, 3e col.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément