BONHOMME Marcel

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 14 mai 1902 à Uzès (Gard), massacré le 21 août 1944 à Nîmes (Gard) ; cheminot ; victime civile.

Marcel Bonhomme était aide-ajusteur au service du Matériel à l’entretien des voitures à Nîmes. Il était marié et domicilié 84 avenue de Camargue à Nîmes.
Le 21 août 1944, il partait au travail lorsqu’il fut prit dans une embuscade route d’Uzès. Pour éviter le danger, il escalada une palissade et c’est à moment à 6h45 qu’il fut tué par l’éclatement d’une grenade allemande.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès et son nom figure sur le monument aux morts, à Arpaillargues-et-Aureillac et la plaque commémorative de la SNCF en gare, à Nîmes (Gard).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239749, notice BONHOMME Marcel par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 2 avril 2021, dernière modification le 2 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1601.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément