CHARTON Henri

Par Eric Panthou

mort au combat ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur

On ignore tout d’Henri Charton hormis qu’il est considéré comme résistant, mort au combat et qu’il a agi dans le secteur du Cantal.

Son nom figure sur une plaque au col de Néronnes à Saint-Paul-de-Salers (Cantal) où il est écrit "Dès 1943 les Groupes de Résistance issus du Barrage de l’Aigle ont préparé les bases de leur futur Maquis. Au printemps 1944 les volontaires du bataillon DIDIER (O.R.A.) du groupe AYME (N.N.P.G.D.) ont occupé les burons de Néronne et du Puy Violent. Ce bâtiment abritait le P.C. Ils ont participé à la libération du Cantal, de la Côte d’Or, de la Saône-et-Loire et certains sont arrivés jusqu’à Berlin où ils ont participé au défilé de la Victoire. Passant, tu leu dois de vivre libre. N’oublies pas ceux qui ont souffert dans les camps de la mort, ceux qui ont donné leur vie, fusillés ou tué au combat." Suit une liste de 18 maquisards mort pour la France.

Il est possible qu’il s’agisse d’Henri Charton, né le 25 décembre 1909 à Haïphong (Indochine), mort le 19 novembre 1944 à Champey (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239754, notice CHARTON Henri par Eric Panthou, version mise en ligne le 3 avril 2021, dernière modification le 4 avril 2021.

Par Eric Panthou

Sources : Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément