CHANGEUX Maxime, Marie, Joseph alias Gilles dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 30 avril 1924 à Paris (ex Seine, XVI° arr.), exécuté sommairement le 2 septembre 1944 à Lyon (Rhône) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur.

Fils de Pierre Marie Charles, officier de Marine à Cherbourg en 1932, et de Fernande Anne Marie Josèphe Villers, Maxime Changeux eut trois soeurs et un frère. Il rejoignit la Résistance à une date qu’on ignore. Possiblement réfractaire au STO, il a appartenu aux FFI du Cantal. Il fut ensuite combattant de la 6e Colonne rapide des FFI d’Auvergne, Division légère d’Auvergne. Il fut arrêté, sans doute dans le secteur de Lyon lors des combats pour la Libération de la Ville et fusillé dans cette commune le 2 septembre 1944 dans des circonstances qu’on ignore.

Il a été reconnu Mort pour la France, Déporté-interné de la résistance (DIR) et Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Son nom figure à Saint-Paul-de-Salers (Cantal) sur la Stèle commémorative du col de Néronne, à Ombrée d’Anjou, commune nouvelle (Maine-et-Loire) sur la plaque commémorative 1939-1945 et Indochine, à Cherbourg-en-Cotentin (Manche) sur la plaque commémoratives de la chapelle de l’institut Saint Paul, et sur Monument aux Morts 1939-1945 à Versailles (Yvelines).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239791, notice CHANGEUX Maxime, Marie, Joseph alias Gilles dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 4 avril 2021, dernière modification le 4 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 41701, dossier victime de guerre pour Maxime Changeux (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 118914, dossier résistant pour Maxime Changeux (nc). — Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément