CLAVEAU Joseph, François

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 10 février 1895 à Bouresse (Vienne), massacré le 20 ou 25 août 1944 à Romorantin (Loir-et-Cher) ; cheminot ; victime civile.

Joseph Claveau était le fils de François, journalier, âgé de 51 ans et de Silvine Girault, sans profession, âgée de 45 ans. Il fut combattant de 1914-1918 et entra au chemin de fer après sa démobilisation en février 1919. Il se maria le 5 juillet 1919 à Verrières (Vienne) avec Louise Desbares ou Desbanes et il devint père de trois filles. Il occupa successivement à la Compagnie de chemin de fer les emplois de poseur, cantonnier et sémaphoriste et devint en 1934, gardien de passage à niveau à Gièvres (Loir-et-Cher). Le 20 ou le 25 août 1944 selon les sources, il fut la victime de soldats allemands qui lancèrent une grenade sur sa guérite située sur la commune de Langon, sur la ligne Vierzon-Tours. Grièvement blessé, il fut transporté à l’hôpital de Romorantin (Loir-et-Cher) où il décéda.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès.
Il n’a pas été trouvé trace d’un monument portant son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239799, notice CLAVEAU Joseph, François par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 4 avril 2021, dernière modification le 4 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1605.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément