REYNAUD Odette, Anna

Par Jean-Marie Guillon

Née le 16 décembre 1913 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; sténo-dactylographe ; militante communiste et de diverses organisations annexes des Bouches-du-Rhône.

Fille de Joseph Reynaud et de Marie-Madeleine Estèbe, elle fit ses études primaires à l’école communale de Menpenti jusqu’au certificat d’études primaires. Elle suivit ensuite des cours de sténo-dactylographie. Célibataire, s’occupant de son père mutilé de la guerre de 14-18, elle travailla comme sténo-dactylo chez plusieurs employeurs.
Elle adhéra au parti communiste en juillet 1936. Militant à la section des Chartreux, elle devint secrétaire de la cellule de Saint-Barnabé dont le siège était au Bar de la Renaissance. D’après la police, elle faisait la liaison avec les cellules principales de la section. Elle était aussi trésorière du Comité mondial des Femmes, membre du bureau régional du Comité international d’aide aux familles de volontaires (pour l’Espagne). Son activité était, d’après la police, « débordante ». Elle fut arrêtée le 30 novembre 1939 pour complicité de distribution de tracts après l’arrestation d’un militant surpris en diffusant ceux qu’elle lui avait remis (« Libérez les députés communistes », « Défense passive » et, d’après la police, d’autres tracts sur le gaz et l’électricité). Elle fut condamnée le 18 janvier 1940 par le tribunal militaire de la XVe région à quatre ans de prison et 500 francs d’amende. Écrouée à la prison des Présentines de Marseille, elle fut envoyée à la centrale de Rennes (Ille-et-Vilaine) après sa condamnation. Elle en fut libérée par les Allemands en juillet 1940. Elle fut découverte à Mallemort (Bouches-du-Rhône) en décembre 1941. Elle travaillait à la pharmacie Lanvin. Transférée sur le Providence en rade de Marseille le 14 décembre, elle fut écrouée à la prison des Baumettes. Elle était libérable le 1er décembre 1943. Son attitude fut jugée « correcte », le 26 novembre 1943. Cependant, elle fut l’objet d’un arrêté d’internement administratif au camp de Brens (Tarn), le 7 décembre 1943. Son dossier de Résistance du SHD Vincennes la fait apparaître comme membre du Front national, ce qui le plus souvent recouvre un engagement au PC clandestin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239804, notice REYNAUD Odette, Anna par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 5 avril 2021, dernière modification le 5 avril 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Bouches-du-Rhône 5 W 210 (dossier internement), 76 W 111 et 76 W 115. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 508021 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément