GIRARD André, René, Jean

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 12 août 1906 à Grenoble (Isère), massacré le 22 août 1944 à Livron (Drôme) ; cheminot ; victime civile.

André Girard était divorcé et père d’un enfant de dix ans. Il était domicilié 9 avenue du Maréchal-Pétain, à Montélimar (Drôme). Sous l’Occupation, il était chef de district de 1re classe à la SNCF, à Montélimar.
Le 22 août 1944, il n’était pas en service. Il rentrait chez lui et sur la commune de Livron, au lieu-dit Fiancey, il se trouva pris dans un combat entre les FFI et les Allemands. Il fut tué par une balle tirée à bout portant par un soldat allemand.
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945 de la SNCF en gare, à Montélimar (Drôme).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239853, notice GIRARD André, René, Jean par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 5 avril 2021, dernière modification le 5 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1612.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément