GORIOT Alfred

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 29 avril 1901 à Presles (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), massacré le 30 août 1944 à Champagne-sur-Oise (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) ; cheminot ; victime civile.

Alfred Goriot était marié avec Marguerite Labernardy et père d’un enfant. Il était domicilié 70 rue de l’Hôtel-Dieu à Champagne-sur-Oise et il exerçait le métier de manœuvre spécialisé aux ateliers de la Voie de Moulin-Neuf, à Chambly (Oise).
Le 30 août 1944 vers 18h30, avec sa femme Marguerite, son fils André et quatre autres personnes dont le cheminot Guy Tailleur, ils furent mitraillés par des soldats allemands d’un convoi qui traversait Champagne-sur-Oise. Ils furent tous abattus.
Il obtint la mention « Mort pour pour la France » apposée sur son acte de décès et son nom figure sur la stèle commémorative des cheminots des ateliers de Moulin-Neuf, à Chambly (Oise).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239854, notice GORIOT Alfred par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 5 avril 2021, dernière modification le 5 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1612.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément