FRANÇOIS Cécile [née PHEUPLIN Cécile, Marie, Adèle]

Par Jacques Girault

Née le 19 janvier 1894 à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), morte le 11 décembre 1976 à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) ; professeure puis directrice d’école normale ; militante pédagogique et syndicaliste ; résistante.

Fille d’un employé de commerce et d’une modiste, Cécile Pheuplin fréquenta l’école primaire supérieure de Belfort, obtint le brevet supérieur en 1911, puis entra au lycée de jeunes filles de Besançon (Doubs) avant de commencer des études à la Faculté des lettres de Besançon en 1912-1913. Elle travailla tour à tour comme institutrice adjointe dans l’école privée Jeanne-d’Arc-d’Arras (Pas-de-Calais) en 1913-1914 et comme infirmière à l’hôpital d’évacuation de Belfort en 1914-1915. À partir d’octobre 1915, institutrice intérimaire, elle enseigna à l’école primaire supérieure de Giromagny (Territoire de Belfort). Reçue au certificat d’aptitude au professorat dans les écoles normales et les EPS, elle enseigna les lettres, l’allemand, les travaux manuels et la sténographie dans son établissement et dans l’EPS de Belfort. Après la guerre, nommée professeur à l’école normale d’institutrices d’Oran (Algérie), malade, elle obtint un poste de professeur dans des écoles normales (Arras en 1920, Chaumont entre 1920 et 1924). Après avoir réussi au certificat d’aptitude à l’inspection primaire et à la direction des écoles normales, elle obtint la direction des écoles normales d’institutrices de Laon (Aisne, 1924-1927), puis de Charleville (Ardennes, 1927-1941), tout en étant, à partir de 1935, inspectrice des écoles maternelles du département.

Cécile Pheuplin avait rencontré Raoul François, professeur économe à l’école normale d’instituteurs de garçons de Laon, et l’avait épousé en septembre 1926 à Paris (XVIIe arr.).

Cécile François militait dans les courants de la pédagogie nouvelle et encourageait les activités périscolaires tandis que son mari enseignait les sciences à l’EPS de Mézières. En outre, elle militait dans l’association professionnelle de type amical puis syndical.

Au début de la guerre, son école normale fut repliée à Luçon (Vendée), puis Cécile François obtint la direction de l’Institut de formation professionnelle d’Arras de 1941 à 1945. Elle noua des relations avec les forces de la Résistance en dirigeant notamment un centre d’accueil dans la ville.

Raoul François, mobilisé comme capitaine, fut fait prisonnier et envoyé en Autriche. Libéré, il devint à Arras le responsable régional de l’Organisation civile et militaire. Arrêté le 12 octobre 1943, il fut fusillé à la citadelle d’Arras en mars ou avril 1944 (« au cours de l’année 1944 » selon le jugement du tribunal d’Arras). La Gestapo avait saisi tout son argent, pensant qu’il se confondait avec les finances du mouvement. Sa veuve ne put être indemnisée.

Cécile François, après avoir été inspectrice primaire à Paris en 1945-1946, devint la première directrice de l’école normale d’institutrices du Bourget créée en 1946, et termina sa carrière en 1959 comme directrice de celle des Batignolles à partir de 1957. Elle militait au sein du Syndicat national des directeurs et directrices d’écoles normales dont elle était la secrétaire nationale en 1949. Les jeunes de la FEN-CGT la critiquaient dans leur presse, dans la rubrique « Ni caserne, ni couvent » en 1952, et annonçaient que les normaliennes venaient de signer une pétition de protestation contre son autoritarisme. Ils reprochaient aussi le silence de la section départementale du Syndicat national des instituteurs et l’expliquaient par une proximité d’orientation syndicale. Elle participait à la commission administrative de la Fédération de l’éducation nationale à partir de 1948, participant aux commissions internationale et pédagogique. Elle siégeait à la Commission administrative paritaire nationale et y manifestait un engagement pédagogique et laïque.

Cécile François habitait Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23986, notice FRANÇOIS Cécile [née PHEUPLIN Cécile, Marie, Adèle] par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 décembre 2008, dernière modification le 5 juin 2009.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F/17 27099. — Arch. FEN (L. Frajerman). — Presse syndicale. — Sources orales. — Notes de Robert Hirsch.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément