HUTIN Léon, Adolphe

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 17 mai 1902 à Saint-Étienne-lès-Remiremont (Vosges), mort à l’hôpital le 24 août 1944 à Montfermeil (Seine, Seine-Saint-Denis) des suites de ses blessures ; cheminot ; victime civile.

Léon Hutin était le fils d’Adolphe Joseph Johan, chantre et Marie Jeanne Amélie Gravier, sans profession. Il se maria le 2 février 1924 à Nancy avec Marguerite Marie Balandier dont il eut deux enfants âgés de 19 et 18 ans en 1944. Il était domicilié 19 rue du Retrait, à Gagny (Seine). Il entra à la Compagnie de chemin de fer de l’Est en 1929 et sous l’Occupation, il était contrôleur technique adjoint au service de la direction générale à Paris (Xe arr.)
Le 24 août 1944 à 15h15, il fut mortellement blessé dans une rue de Gagny d’une balle tirée par un soldat allemand qui passait en camion. Selon sa veuve, il cherchait en plein combat à rejoindre la gare de Gagny pour se mettre à la disposition du chef de gare. Il fut transporté à l’hôpital où il décéda dans la soirée. Selon le Mémorial des cheminots, « Il meurt à l’hôpital rue de Montfermeil où il a été transporté ». Il est plus vraisemblable qu’il soit décédé à l’hôpital à Montfermeil, à environ trois kilomètres.
Il est inhumé dans le carré militaire du cimetière communal, à Gagny (Seine-Saint-Denis).
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès. Un dossier GR 16 P 300001 au SHD Vincennes a été ouvert sans homologation.
Son nom figure sur le monument aux morts 1939-1945 du cimetière, sur une plaque de rue qui porte son nom, à Gagny (Seine-Saint-Denis) et sur la plaque commémorative 1939-1945 dans la crypte du Souvenir de la gare de l’Est, à Paris (Xe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239861, notice HUTIN Léon, Adolphe par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 6 avril 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1612.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément