LAURENT Paul, Henri

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 2 mars 1910 à Esclavolles-Lurey (Marne), massacré le 24 août 1944 à Gouaix (Seine-et-Marne) ; cheminot ; victime civile.

Paul Laurent entra à la Compagnie de chemins de fer de l’Est en juillet 1937 comme homme d’équipe à l’essai. Il fut affecté à Flamboin-Gouaix où il résidait. Le 25 janvier 1943, il fut requis à la Reichsbahn au titre du STO, à Nuremberg (Allemagne). Il partit en qualité de brigadier, grade obtenu le 1er février. Le 26 mai 1944, il retrouva son poste en France à Gouaix car il avait été jugé « inapte au travail en Allemagne ».
Dans l’après-midi du 27 août, tandis qu’il partait au travail avec son collègue Georges Clavagnac, les soldats allemands qui gardaient la zone leur tirèrent dessus. Paul Laurent fut atteint de plusieurs balles et tué sur le coup. Son ami fut grièvement blessé mais survécut.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès et son nom figure sur la plaque commémorative à sa mémoire en gare de Flamboin-Gouaix, à Gouaix (Seine-et-Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239863, notice LAURENT Paul, Henri par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 6 avril 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1614.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément