MÉA Pierre, Jean, Alfred

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 11 décembre 1898 à Avenay (Marne), massacré le 28 août 1944 à Magenta (Marne) ; cheminot ; victime civile.

Pierre Méa était marié avec Berthe Férange et domicilié 15 rue du 4 septembre à Magenta (Marne). Il était entré à la Compagnie des chemins de l’Est et durant l’Occupation il exerçait un emploi de la filière administrative avec le grade de chef de groupe au magasin des ateliers SNCF d’Épernay (Marne).
Le 28 août 1944, jour de la libération de Magenta, il sortit vers 19 heures sur le pas de sa porte pour se rendre compte de l’avancée des combats. Il n’avait pas remarqué le soldat allemand posté à l’extrémité de sa rue ; Celui-ci ouvrit le feu, blessant mortellement Pierre Méa.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et son nom figure sur le monument aux morts, à Magenta et les plaques commémoratives des ateliers et de la gare, à Épernay (Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239871, notice MÉA Pierre, Jean, Alfred par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 avril 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1618.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément