VENEAULT Camille, Jean, Eugène

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 13 juillet 1894 à Montluçon (Allier), mort le 24 janvier 1969 à Montluçon ; typographe ; secrétaire du syndicat CGT unitaire du Livre de Montluçon 1923 ; gérant du journal communiste Le Travail 1923-1925.

Fils d’un journalier, Camille Veneault se maria à Essonne (Seine-et-Oise), le 7 juin 1913, se remaria le 1er août 1930 à Montluçon (Allier) avec Rosa Van Rhyun. Ancien combattant de la guerre 1914-1918, il fut blessé à la jambe dont il garda longtemps des séquelles. À partir de 1921, il habita 47 rue des Droits de l’Homme à Montluçon. Il exerça la profession d’ouvrier typographe et fut secrétaire du syndicat CGT unitaire du Livre de Montluçon en 1923, gérant de l’hebdomadaire du Parti Socialiste (SFIC) « Le Travail ». Le premier numéro sortit le 30 janvier 1921, soit une semaine après la scission, il fut tiré dans un premier temps à Bourges. Désireux de disposer de ses propres moyens d’impression, Ernest Montusès arrêta, pour la Fédération communiste de l’Allier, un terrain. Il y fit construire un immeuble spécial au 38 rue des Jardiniers pour accueillir une imprimerie et le premier numéro sortit le 14 mai 1922. Pendant trois ans, Camille Veneault participa à l’aventure avec deux ouvriers syndiqués, tour à tour compositeurs, conducteurs, metteurs en page. Le 10 décembre 1923, suite à un article de Barbusse paru dans le journal, plusieurs perquisitions eurent lieu, dont une à son domicile à son domicile. Il fut inculpé avec ses camarades pour « provocation de militaire à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste ». L’accusation avorta et les poursuites furent abandonnées en février 1924. Il fut à nouveau poursuivi pour un article du 11 novembre 1923 sur le même sujet, le tribunal de Montluçon le condamna à 3 mois de prison par défaut. Camille Veneault fit appel à Riom, il resta gérant jusqu’au début de l’année 1925. En effet, le Parti communiste avait subi dans l’Allier un grand ralentissement après les élections législatives, le chiffre d’abonnés (1 600 abonnés) baissa. Dans l’été 1925, chaque numéro du journal accusait un déficit, le journal cessa de paraître le 25 juillet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239877, notice VENEAULT Camille, Jean, Eugène par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 7 avril 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Dép. Yvelines Versailles 1R/RM500. — Presse L’Émancipateur, 16 janvier 1926, p. 2. — Georges Rougeron, La Presse Bourbonnaise sous la IIIème République, p.65. — André Sérézat, Ernest Montusès, Éd. Créer, 1987, p.242, 243. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément