MICHELOT Émile

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 6 décembre 1889 à Hon-Hergies (Nord), massacré le 2 septembre 1944 à Maubeuge (Nord) ; cheminot ; victime civile.

Émile Michelot était marié avec Emilia Delcroix dont il avait deux enfants. Il était entré à la Compagnie du chemin de fer du Nord le 7 février 1919 comme auxiliaire à Ermont (Seine-et-Oise) et fut muté à Maubeuge le 16 novembre 1919. Il devint ouvrier à la signalisation et occupait encore ce poste à la SNCF sous l’Occupation.
Le 2 septembre 1944, il rentrait chez lui pour déjeuner et arrivé près du pont de chemin de fer, rue Porte-de-France à Maubeuge, il fut la cible de soldats allemands embusqués dans les broussailles et reçut une balle dans la tête. Il semblerait selon le rapport de police que sa tenu SNCF ait été assimilée à celle d’un militaire.
Son épouse ne le voyant pas revenir et ayant appris qu’un homme avait été tué à proximité du pont, se rendit sur place. Elle trouva deux soldats allemands qui entouraient le corps.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès en mars 1947 et son nom figure sur le monument aux morts et la plaque commémorative de la SNCF en gare, à Maubeuge (Nord).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239883, notice MICHELOT Émile par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 avril 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1619.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément