RADIGUET Robert, Jacques

Par Daniel Grason

Né le 1er août 1924 à Saint-Maur-des-Fossés, mort le 14 avril 1945 à Dachau (Allemagne) ; manœuvre ; communiste ; résistant.

Robert Radiguet (Arch. PPo D.R.)
Robert Radiguet (Arch. PPo D.R.)

Fils de Jules Maurice et de Jeanne née Tournier, Robert Radiguet vivait chez sa mère au 2, rue des Arts à Saint-Maur. Apprenti en miroiterie. Il travailla en qualité de petit ouvrier du 22 juin au 23 novembre 1942 à la Maison Taillerie 25, rue Mercœur à Paris (XIe arr.).
Il participa le 24 novembre 1942 au désarment d’un gardien de la paix de la circonscription de Noisy-le-Sec (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis). Quatre jours plus tard, il était dans le groupe de résistants qui cambriola la mairie de Mandres située dans l’arrondissement de Corbeil (Seine-et-Oise, Essonne). Cette action de récupération de tickets de rationnement avait pour objectif de ravitailler les militants communistes clandestins.
Interpellé le jour même par la police de Brunoy, il a été mis à la disposition des policiers de la 1ère Brigade mobile. Des inspecteurs des Renseignements généraux effectuèrent une enquête de voisinage, Robert Radiguet et son frère Jean étaient connus comme des communistes convaincus.
Des policiers menèrent une enquête auprès de son employeur, il ne formula pas de remarques sur lui. Un policier écrivit dans son rapport : « À leurs lieux de travail, les frères Radiguet sont assez bien notés et leur attitude au point de vue politique semble avoir toujours passé inaperçue. » Il était également inconnu de la Police judiciaire.
Emprisonné, Robert Radiguet était dans un wagon cellulaire au départ de la gare de l’Est où en juillet 1943 en trois transports qui partirent le 8, 11 et 14 juillet 1943, cinquante-six autres résistants dont son frère Jean, Henri Fongarnand et Robert Brignoli étaient envoyés en Allemagne. Tous y furent jugés, tous étaient étiqueté « NN » Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), ce qui signifiait condamnés à disparaître sans laisser de traces. Cette expression avait été empruntée par Hitler au livret de L’Or du Rhin de Richard Wagner.
Robert Radiguet fut envoyé au camp de Dachau, il y mourut le 16 avril 1945. Treize jours plus tard deux régiments de la 7ème armée américaine arrivaient au camp, quelques combats eurent lieu avec des unités de SS. Sur une voie de chemin de fer, une quarantaine de wagons de marchandises furent découverts, ils contenaient 2.000 cadavres.
Robert Radiguet a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF), et Déporté interné résistant (DIR).
Son nom a été gravé sur le Monument aux morts de Saint-Maur-des-Fossés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239888, notice RADIGUET Robert, Jacques par Daniel Grason, version mise en ligne le 7 avril 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Daniel Grason

Robert Radiguet (Arch. PPo D.R.)
Robert Radiguet (Arch. PPo D.R.)

SOURCES : Arch. PPo. GB 136, 1 W 710-26066. – Bureau Résistance GR 16 P 497078. – Livre Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Site Mémorial de la Shoah La libération des camps.

Photographie : Arch. PPo. (D.R.)

Version imprimable Signaler un complément