NER Marcel

Par Jean-Pierre Ravery

Né le 7 mai 1888 à La Môle (Var), mort le 11 janvier 1960 à Grasse (Var)  ; agrégé de philosophie, professeur en Indochine, ethnologue, franc-maçon, membre du PCF, résistant, militant du Mouvement de la Paix.

Fils d’un couple d’instituteurs en poste à Tarascon (Bouches-du-Rhône), Marcel Ner poursuivit sa scolarité dans cette ville jusqu’au baccalauréat qu’il obtint en 1907. Après un service militaire de deux ans qu’il effectua à Cannes (Alpes-Maritimes), il réussit en 1909 le concours d’entrée à Normale Sup et celui des bourses de licence. En 1914, il obtint une licence de philosophie à l’université de Montpellier (Hérault). Il fut incorporé en mars 1915 à la 15e section d’infirmiers militaires. En juillet 1918, il fut muté au 19e escadron du train, puis démobilisé en août 1919.
Agrégé de philosophie, Marcel Ner fut détaché en Indochine en 1926 et nommé professeur au lycée Albert Sarrault d’Hanoï à partir de 1929. Il eut Vo Nguyên Giap - le futur général Giap - comme élève et se lia d’amitié avec lui, l’emmenant dans ses expéditions ethnographiques. Il fut également membre associé de 1929 à 1937 puis correspondant de l’École française d’Extrême-Orient et auteur en 1937 d’une monographie sur les Chams qui fait toujours référence aujourd’hui.
En 1944, il fut évacué avec ses élèves vers la station d’altitude du Tam Dao pour être hors de portée des bombardements japonais. Responsable de la section locale du réseau de résistance constitué par le capitaine Marcel Mingant, Marcel Ner a constitué un stock d’armes et formé certains de ses élèves à leur maniement. En mars 1945, il s’exfiltra vers la Chine à la tête d’une quinzaine d’entre eux, dont la plupart s’engagea dans les rangs de la DGER (services spéciaux) pour continuer la guerre contre le Japon.
Après-guerre, Marcel Ner fut homologué au titre du réseau Mingant des Forces françaises combattantes (FFC) en Indochine du 1er décembre 1943 au 9 mars 1945. La médaille de la Résistance et la Légion d’honneur lui furent décernées. Il fut nommé directeur de l’enseignement pour l’Indochine avant de rentrer à Paris où il travailla trois ans pour le CNRS. Il s’établit ensuite à Grasse (Var) où il décéda en janvier 1960 à l’âge de 72 ans. Il était alors membre du comité national du Mouvement de la Paix, président de son comité départemental et avait été délégué à ce titre aux congrès internationaux de Berlin, Stockholm, Prague et Varsovie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239908, notice NER Marcel par Jean-Pierre Ravery, version mise en ligne le 9 avril 2021, dernière modification le 9 avril 2021.

Par Jean-Pierre Ravery

OEUVRE : « La République démocratique du Viet-nam », revue Les Temps Modernes, n° 93 août-septembre 1953, Gallimard. — « Jean Marquel : Un aventurier du XIXe siècle. Marie 1er, roi des Sédangs », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1927. — L’organisation familiale en pays Moï, Imp. d’Extrême Orient, 1928. — Centenaire de Fustel de Coulanges : La Cité antique et l’Annam d’autrefois, Imp. d’Extrême Orient, 1930. — Les Moï du Haut-Donnaï, Mercure de France. — « Les musulmans de l’Indochine française », revue Indochine, Hanoï, mai 1944. — « L’Indochine française », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient. Tome 35, 1935. — L’affaire Henri Martin, Gallimard, 1953.

SOURCES : archives départementales du Var ; état-civil de Grasse. — [http://philippe.millour.free.frhttp://philippe.millour.free.fr. — Renseignements fournis par son petit-fils, Eric Coquelet. — Trait d’union, 30 décembre 1945. —Jacques Dalloz, Francs-maçons d’Indochine à l’épreuve du régime Decoux, revue Outre-Mers, T.91, N°342-343, 2004. — Pierre Darcourt, Giap, le général viet, 24heuresinfo, 16 octobre 2013. — parissaigon.blog.l emonde.fr. — Déclarations de Marcel Ner sur les problèmes de l’enseignement, Le journal de Saigon du 15 novembre 1945. — L’éveil économique de l’Indochine, 12 juin 1931 ; gallica.bnf.fr. — SHD Vincennes GR 16 P 442152. — Ordre de la libération (JO du 20 mars 1948) . —legiondhonneur.fr. — Fiche matricule créée en 1921 aux AD du Gard .

ICONOGRAPHIE : photos communiquées par M. Eric Coquelet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément