TRIAYRE René, Ernest

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 18 juin 1908 au Vigan (Gard), massacré le 25 août 1944 à Vic-le-Fesq (Gard) ; cheminot ; victime civile.

René Triayre était le fils de Prosper Ernest et de Maria Julia Delphine Campredon. Il se maria avec Simone Marthe Léontine Girard dont il eut un enfant. Il était entré à la Compagnie de chemin de fer du PLM en juillet 1930 comme aide-ouvrier ajusteur auxiliaire à Avignon. Il fut licencié pour cause de réduction de personnel à la fin du mois d’avril 1931 et réembauché le 26 mars 1935 avec son grade précédent à Annemasse (Haute-Savoie). Il fut ensuite muté à Avignon en novembre 1936. Il devint veuf en décembre 1936 et en mars 1937, il fut nommé chauffeur de route à Nîmes. Il conserva cette fonction durant l’Occupation.
Le 25 août 1944, en allant rendre visite à sa fille, il fut tué au lieu-dit "Pont de Barès" à Vic-le-Fesq par des soldats d’une colonne allemande en retraite.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 29 mai 1945 le titre d’interné politique en 1955.
Son nom figure sur les plaques commémoratives de la SNCF en gare et au dépôt, à Nîmes et sur la plaque commémorative de la mairie, à Vic-le-Fesq (Gard).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article239913, notice TRIAYRE René, Ernest par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 9 avril 2021, dernière modification le 9 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1627.— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément