ARPAJOU Robert

Par Jean-Jacques Doré

Né le 29 juin 1886 à Maureillas (Pyrénées-Orientales), mort en déportation le 6 avril 1943 à Oranienburg ; cheminot en Seine-Inférieure, marchand de légumes, métallurgiste ; syndicaliste CGT puis CGTU ; communiste.

Robert Arpajou fut ajusteur aux chemins de fer de l’État de Dieppe (Seine-Inférieure).

Minoritaire de la CGT, Arpajou fut élu secrétaire des cheminots de Dieppe le 17 janvier 1920. Révoqué pendant les grèves, le 16 mai 1920, il s’inscrivit au PC début 1921 et devint rapidement avec Paul Briard, le principal responsable du Parti dans la région dieppoise.

Refusant de solliciter sa réintégration aux chemins de fer, il s’installa comme marchand de légumes en septembre 1924 ; il abandonna son commerce pour participer à la formation de l’Union locale unitaire dont il fut élu archiviste à la création, le 2 mai 1926.

Candidat malheureux du BOP aux élections municipales de Dieppe en mai 1929, il partit peu après pour Fécamp où il fut embauché comme métallurgiste. C’est d’ailleurs comme délégué du syndicat unitaire des Métaux qu’il assista le 1er décembre 1929 au congrès de la 19e UR à la Maison du Peuple de Rouen.
En 1930, il revint à Dieppe et fut élu secrétaire de l’UL unitaire, poste qu’il conserva jusqu’en 1935. Il fut candidat communiste aux élections législatives de 1932 et 1936.

Secrétaire adjoint de réunifiée jusqu’à la guerre, il continua de militer activement à la tête du PC dieppois.

Arrêté le 26 juin 1941 par les autorités allemandes en tant que militant communiste, interné à Compiègne, il fut déporté à Oranienburg où il mourut le 6 avril 1943.

Robert Arpajou s’était marié le 31 octobre 1919 à Dieppe avec Marie, Josèphe Gourlet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240, notice ARPAJOU Robert par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 14 décembre 2017.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Inférieure, 1 M P 495, 4 M P 2604 et 2801, 10 MP 1407. — Arch. Mun. Partis politiques et 7 F 3. — Secrétariat d’État des Anciens combattants et victimes de guerre. — RGASPI, pas de dossier dans les fonds du Komintern.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément