BOURGEOIS Richard, Lucien, Bernard

Par Jacques Girault

Né le 12 juin 1924 à Talange (Moselle), mort le 10 juillet 2012 à Avignon (Vaucluse) ; instituteur ; militant syndical (SNI) ; militant communiste.

Fils d’un dessinateur devenu contremaître dans une usine sidérurgique et d’une mère qui appartenait à une famille d’agriculteurs, Richard Bourgeois fut élevé dans la tradition catholique. Son père fut conseiller municipal de Talange dont le maire était communiste. Pour ne pas être incorporé dans l’armée allemande, il quitta la Moselle à vélo, avec sa sœur, et arriva en Ardèche. Surveillant d’internat à l’école primaire supérieure de Valence (Ardèche), titulaire du brevet de capacité à l’enseignement primaire, il gagna Solignac (Haute-Vienne) où devait être repliée l’Ecole normale d’instituteurs de Moselle.

A la Libération, engagé dans l’armée de l’Air pour trois ans, affecté au Maroc (Fès et Casablanca), il revint en France (Aix-en-Provence, Chambéry, Auxerre, Nancy). Il fut démobilisé avec le grade de sous-lieutenant en janvier 1948. Il devint alors instituteur à Maizières-les-Metz, commune proche de Talange en 1948. Il créa un club de judo à Talange en 1952.

Il se maria religieusement en mars 1951 à Tain l’Hermitage (Drôme) avec une employée catholique (voir Bourgeois Marcelle). Le couple eut deux garçons.

Il obtint sa mutation pour enseigner à Montmélian (Savoie) en 1955 puis une autre mutation pour l’école de Pertuis (Vaucluse) en 1959. L’année suivante, titulaire du CAPCEG (sciences, mathématiques), nommé professeur d’enseignement général dans un collège d’Avignon, il y enseigna jusqu’à sa retraite.

Depuis 1948, Richard Bourgeois adhérait au Syndicat national des instituteurs. A son arrivée dans la Vaucluse, il était un des responsables de la section départementale du SNI.

Richard Bourgeois adhéra au Parti communiste français en 1956 et milita d’emblée contre la guerre d’Algérie. Il devint un des responsables de la section communiste d’Avignon, tout en étant le secrétaire de la cellule Daniel Féry et trésorier départemental du Mouvement de la Paix. Dans les années 1980, il anima, avec son épouse, une antenne de l’Université nouvelle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240017, notice BOURGEOIS Richard, Lucien, Bernard par Jacques Girault, version mise en ligne le 14 avril 2021, dernière modification le 14 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Témoignage de son épouse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément