KUNTZ Georges, Maurice, Charles [Pseudonyme dans la Résistance : Turenne]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 7 février 1917 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne), mort en action le 15 août 1944 à Saint-Romain-le-Noble (Lot-et-Garonne) ; ingénieur ; résistant, FFI.

Georges Kuntz était le fils d’Édouard Kuntz, ajusteur au Chemin de fer, et d’Alice Marie Pauline Vuillaume, sans profession. Ingénieur formé à l’École nationale des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne) dans la promotion 1934, puis à l’École supérieure d’électricité à Paris dans la promotion 1937, il avait épousé Éliane Roberte Noëla Jouannet le 5 août 1939 à Fléré-la-Rivière (Indre).

Officier de réserve, employé vraisemblablement avant-guerre aux Fonderies de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), il fut détaché en 1941 dans le Lot-et-Garonne à Fumel auprès de la Société minière et métallurgique du Périgord (SMMP), une entreprise « Sperr-Betriebe » travaillant pour les Allemands, qui venait d’être modernisée par les Fonderies de Pont-à-Mousson.
Il rejoignit les Forces françaises de l’intérieur (FFI) et prit le commandement avec le grade de capitaine de la 1ère compagnie du Bataillon Geoffroy, pseudonyme dans la Résistance de Jean Vermont, qui était à la tête de ce bataillon. La 1ère compagnie, qui était constituée de membres du personnel de l’usine SMMP de Fumel, fut engagée au cours de l’été 1944, dans des actions de neutralisation des voies de communications de la vallée de la Garonne entre Agen et Toulouse, aux confins du Lot-et-Garonne et du Tarn-et-Garonne.
Le 15 août 1944, au retour d’une mission de reconnaissance avec une dizaine de ses camarades, Georges Kuntz tomba dans une embuscade à Saint-Romain-le-Noble (Lot-et-Garonne). Quatre FFI ont été tués ou mortellement blessés au cours de cet accrochage : Georges Kuntz, Jacques Brunold, Jean Mournetas et Guy Redoulès. Pierre Montès [pseudonyme dans la Résistance  : Montereau], alors chef de groupe FFI, témoigne : « Kuntz a été tué à quelques mètres des voitures, juste à côté de moi, la mitrailleuse allemande étant très proche, il a été pratiquement haché en deux ».
Les décès Georges Kuntz, Jean Mournetas et Jacques Brunold ont été enregistrés à Lamagistère, commune voisine de Saint-Romain-le-Noble, mais située dans le Tarn-et-Garonne.

L’acte de décès numéro 21, dressé à l’état civil de Lamagistère le 18 août 1944 déclare que Georges Kuntz est « décédé à La Barrière de Laspeyrès [passage à niveau situé à la limite de Saint-Romain-le-Noble et de Lamagistère] le 15 août 1944 vers 19 heures, l’heure exacte n’ayant pu être précisée ».

Georges Kuntz a été reconnu « Mort pour la France » le 20 juin 1945 et a été homologué FFI. La Médaille de la Résistance lui a été attribuée par décret du 26 janvier 1989 publié au JO du 11 avril 1989.

Dans le Lot-et-Garonne, Georges Kuntz figure sur le monument aux morts de Monsempron-Libos, où il résidait et où il a été inhumé. Son nom est inscrit sur une stèle élevée à Saint-Jean-de-Thurac qui rend hommage aux FFI tués les 15 et 17 août 1944 sur le territoire des communes de Saint-Romain-le-Noble, Saint-Jean-de-Thurac et Saint-Nicolas, et sur une stèle érigée sur les hauteurs de Laspeyrès à Clermont-Soubiran, commune voisine de Saint-Romain-le-Noble :
« Cap. J. Brunold
Cap. G. Kuntz
S/Lt R. Mornatasse [Jean Mournetas]
Capt. G. Redoulès
Morts pour la France
le 15 août 1944 »
À Fumel où une rue porte son nom, Georges Kuntz figure aussi sur la plaque commémorative 1939-1945 de l’usine de la SMMP.
Dans la Marne, à Châlons-en-Champagne, il est gravé sur la plaque commémorative de l’ENSAM et sur la plaque de l’église Sainte-Pudentienne avec la mention « FFI ».
Dans l’Essonne, à Gif-sur Yvette où l’École supérieure d’électricité fut transférée dans les années 1970, il figure sur la plaque des « Morts pour la France 1939-1945 et TOE ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240187, notice KUNTZ Georges, Maurice, Charles [Pseudonyme dans la Résistance : Turenne] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 22 avril 2021, dernière modification le 2 juin 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

À Saint-Jean-de-Thurac
À Saint-Jean-de-Thurac
SOURCE 
Musée de la Résistance en ligne 1940-1945
À Clermont-Soubiran
À Clermont-Soubiran
SOURCE : Geneanet
À l'ENSAM de Châlons-en-Champagne
À l’ENSAM de Châlons-en-Champagne
Dans l'église Saint-Pudentienne</br> à Châlons-en-Champagne
Dans l’église Saint-Pudentienne
à Châlons-en-Champagne
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 63 176. – SHD, Vincennes, GR16 P 324325 (nc). – Témoignage de Pierre Montès recueilli par courrier le 17 novembre 2007. – La Résistance en Lot-et-Garonne, AERI-Fondation de la Résistance, 2011. – Stèle de Saint-Jean-de-Thurac (Lot-et-Garonne), sur le site « Musée de la Résistance en ligne 1940-1945 » (photo). – Mémorial GenWeb. – État civil, Châlons-en-Champagne (acte de naissance) ; Lamagistère (acte de décès).

Version imprimable Signaler un complément