BAILLY Jean, Marie. Pseudonyme : Canard

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 1er octobre 1907 à Beaune (Cote d’or), mort le 15 février 1976 à Auriac-sur-Dropt (Lot-et-Garonne), militaire, bijoutier, résistant.

Fils de Louis Bailly, orfèvre bijoutier, et de Gabrielle Boutet, Jean Bailly était graveur en bijouterie.
Le 17 février 1927, Bailly s’engagea dans l’armée. Affecté dans l’artillerie, il fut mitrailleur radiotéléphoniste. Il fit partie de l’armée d’occupation du Rhin. Réformé (invalide à 100 %), il quitta l’armée en août 1930 avec le grade de maréchal des logis.
Après son engagement il s’installa à Beaune comme bijoutier.
A partir d’octobre 1940, Bailly s’engagea dans la résistance, d’abord en confectionnant de faux papiers et faux cachets pour les prisonniers évadés. Il fut rattaché au réseau Action mars 1941 puis au sein de l’Armée secrète et du BOA (Gauss). En mai 1944, il futt rattaché au réseau Eleuthère et de Libération Nord.
Le 17 mars 1944, Bailly a été arrêté à Epernay pour fabrication de faux cachets, parachutages d’armes et secours portés à des aviateurs alliés. Il fut incarcéré à la maison d’arrêt de Reims, à Châlons-sur-Marne, puis à Compiègne.
Le 18 juin 1944, Bailly a été déporté à Dachau. Il a été rapatrié le 13 mai 1945.
Il a été décoré de la croix de guerre.
Il avait épousé Renée Prillieux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240216, notice BAILLY Jean, Marie. Pseudonyme : Canard par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 24 avril 2021, dernière modification le 24 avril 2021.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : Arch. dép. Côte d’Or acte naiss. n°164 2 E 057/161 [en ligne]. - SHD GR 16 P 27996 et (non consulté) Caen SHD/ AC 21 P 720207. – Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Seconde Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, 1979, p. 248.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément