FERRAND Auguste

Par Renaud Poulain-Argiolas, Sébastien Avy

Né le 13 août 1918 à La Destrousse (Bouches-du-Rhône) ; cheminot ; militant communiste de Miramas (Bouches-du-Rhône).

Le 2 août 1941, le commissaire principal de première classe Seignard, chef des services de la Police spéciale de Marseille, adressait le rapport 11.248 RI/SP à l’intendant régional de police. Énumérant une liste de vingt-huit cheminots communistes de Miramas, dressée à la demande de l’intendant régional, il mentionnait un Auguste Ferrand, né en 1918 à La Destrousse précédant le nom d’Auguste, Henri Ferrand, né lui dans cette commune vingt ans plus tôt.
S’agit-il d’une bévue de l’administration policière ? Auguste, Henri Ferrand était selon ce même rapport né à Alger (alors qu’il était né en réalité à La Destrousse) à une date de naissance en partie fausse.
Les deux hommes auraient pu être parents, peut-être père et fils. Il n’en demeure pas moins que sur les listes électorales de la commune il n’y avait qu’un seul Auguste Ferrand en 1938-1939 ainsi qu’en 1945, et plus aucun en 1964.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240229, notice FERRAND Auguste par Renaud Poulain-Argiolas, Sébastien Avy, version mise en ligne le 25 avril 2021, dernière modification le 25 avril 2021.

Par Renaud Poulain-Argiolas, Sébastien Avy

SOURCE : Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 142 W 6.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément