POUZACHE Jacques, Marie, Henri

Par André Vessot

Né le 21 octobre 1928 à Lyon VIe arr. (Rhône) ; mort le 9 novembre 2004 à Lyon IIIe arr. ; employé de soierie, puis directeur-adjoint du Centre de transfusion sanguine de Lyon ; syndicaliste CFTC, président de l’UD CFTC du Rhône ; militant du PSU.

Fils de Louis, Victor Pouzache, représentant en soierie et de Marguerite, Philiberte Blein, employée, Jacques Pouzache est né à Lyon. Son père était très actif à la fois dans le syndicalisme (président du syndicat des VRP affilié à la CFTC) et dans la vie sociale et culturelle du quartier St. Pothin à Lyon (VIe arr.).

Employé de soierie à la Maison Bourdelin, Jacques Pouzache adhéra le 5 février 1951.à la Corporation des employés de la soierie lyonnaise, affiliée à la CFTC. Il y prit vite des responsabilités, ainsi après le Congrès de l’Union départementale en 1956 il siégea au Conseil de l’UD où il suivit la question de la Sécurité sociale.

En même temps que ses responsabilités syndicales, il fut un militant actif du PSU. Pendant la guerre d’Algérie il s’investit aux côtés du FLN, dans le réseau de Jean-Marie Boeglin (comédien qui participa à la création du Théâtre de la Cité à Villeurbanne avec Roger Planchon). Il fut « porteur de valises ». Il ne savait jamais ce qu’il y avait dans les valises qu’il transportait, ce pouvait être de l’argent, des armes, des documents. La seule information qu’on lui communiquait était le lieu de rendez-vous et le code à donner à la personne à laquelle il devait remettre la valise. Mais militer pour une Algérie indépendante en 1960, c’était prendre des risques, avoir une vie double, être fiché et suivi par la police. C’était risquer d’être emprisonné pour haute trahison. Il fut arrêté une fois, la police vint chez lui, fouillant l’appartement à la recherche d’une machine à écrire pouvant l’incriminer. Il fut arrêté par la police et détenu plusieurs jours. En raison du manque de preuves et grâce à l’intervention du diocèse il fut libéré. .

Les positions de la CFTC en faveur d’une paix négociée en Algérie furent répercutées dans son journal régional La voix sociale et l’UD du Rhône appela à la manifestation unitaire du 27 octobre 1960, qui fut interdite. Cette position n’était cependant pas partagée par quelques syndicats qui avaient refusé de répondre à cet appel. A la suite de ces divergences les membres du Bureau de l’UD démissionnèrent. Le conseil du 27 janvier 1961 désigna alors un nouveau bureau, dont Jacques Pouzache fit partie. Il s’investit dans cette nouvelle responsabilité, et présenta un rapport « Dans un monde moderne, un syndicalisme moderne ». Il fut élu quelques mois plus tard président de l’UD CFTC du Rhône, succédant à Benoit Mayoud, Marius Crozet étant alors secrétaire général. Lors de l’assemblée générale du 18 décembre 1961 de la Corporation des employés de la soierie lyonnaise, Jacques Pouzache précisa les positions de la CFTC : tenue des élections sans cesse repoussées des représentants à la sécurité sociale, convention sur les honoraires médicaux remboursés à 80% que le Syndicat des médecins du Rhône refusait de signer, défense des allocations familiales, des caisses de chômage et de retraite. L’année suivante (6 décembre 1962) devant l’assemblée générale de la même corporation, il présenta les perspectives d’avenir du syndicalisme qui « constitue une force de plus en plus grande … il a des militants formés et compétents ».

A la fin de la guerre d’Algérie, en 1962, Jacques Pouzache mit un frein à son activité militante, afin d’être plus présent auprès de sa famille. Après avoir fait carrière dans la soierie il prit une autre orientation professionnelle dans le secteur paramédical et fut directeur-adjoint du Centre de transfusion sanguine de Lyon.

Il s’était marié le 21 avril 1951 à Lyon (VIIe arr.) avec Simone Chartre. Ils eurent six enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240235, notice POUZACHE Jacques, Marie, Henri par André Vessot, version mise en ligne le 26 avril 2021, dernière modification le 26 avril 2021.

Par André Vessot

SOURCES : Arch. municipales de Lyon, Etat-civil – Mairie de Lyon Vie arr., mariage – Arch. départementales du Rhône, recensements, fonds UD CFTC (68 J) – Arch. UD CFDT, registres de la Corporation des employés de la soierie lyonnaise – Arch. Alexis Delorme, La voix sociale n° 509, décembre 1958 et n° 529, novembre 1960 – Texte de ses enfants sur ses activités militantes, novembre 2014 – Témoignage de Pierre Tolon recueilli en 1991.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément