NAOUR René, Alfred

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 29 décembre 1913 à Paris (XVIIIe arr.), mort en action le 30 août 1944 à Berru (Marne) ; capitaine de gendarmerie.

René Naour était le fils de Jacques André Naour, relieur, et de Félicie Léontine Montel, ménagère. Il avait épousé Andrée Camille Marguerite Lebastard le 27 mai 1941 à Paris (XVIIe arr.). Il était domicilié à Reims (Marne), où il exerçait la profession de capitaine de gendarmerie.

En 1943, le capitaine René Naour a été nommé à la tête de la Compagnie « Champagne », unité appartenant aux Groupes mobiles de réserve (GMR) créées par le gouvernement de Vichy et cantonnée dans la caserne Drouet d’Erlon, rue du général Carré à Reims. Il ferma les yeux sur l’activité résistante au sein de cette unité du groupe de René Moreaux formé à la fin de 1943.

Le 30 août 1944, il a été mortellement blessé à la tête d’un groupe de GMR dans les combats de la Libération engagés dans le secteur du Mont de Berru près de Reims. Il est décédé le soir même à 23 heures 35 aux Hospices de Reims, 53 rue Simon, où son décès a été constaté.
Il est inhumé dans le cimetière de l’Est à Reims.

René Naour a été reconnu « Mort pour la France » en 1948.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240245, notice NAOUR René, Alfred par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 1er mai 2021, dernière modification le 1er mai 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Sources : AVCC, Caen, AC 21 P 105975 (NC). – Jean Joly, La Résistance et les Forces françaises de l’Intérieur. Mouvement Ceux de la résistance-Arrondissement de Reims », mémoire achevé par son gendre Daniel Marquet à partir des notes de Jean Joly et des archives de Pierre Bouchez, chef des FFI de la Marne, 1998. – État civil, Paris XVIIIe arr. (acte de naissance) ; Reims (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément