SAULNIER Georges, Jean

Par Renaud Poulain-Argiolas

Né le 4 août 1918 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 20 avril 1987 à Martigues (Bouches-du-Rhône) ; monteur en chauffage central, puis contrôleur de train ; syndicaliste CGT ; militant communiste de Miramas (Bouches-du-Rhône).

Fête de l’Humanité 1970, stand des Bouches-du-Rhône. De droite à gauche : Georges Saulnier, M.-C. Astier, René Caramini, Jean-Marie Argiolas, Paulette Argiolas et Roger Juana.

Le père de Georges Saulnier était Jean, Auguste Saulnier, manœuvre. Sa mère, Rose, Clotilde Germain, était sans profession. Le couple Saulnier eut quatre enfants entre 1912 et 1918, dont trois filles, Georges étant le plus jeune.

Le 17 août 1938, il épousa à Dijon Odette Pahindriot, qui était culottière et fille d’un cheminot à la retraite. Il était alors monteur en chauffage central. Ils eurent ensemble cinq enfants (trois garçons et deux filles).
Le couple s’installa plus tard dans la commune de Miramas (Bouches-du-Rhône), qui possédait un dépôt ferroviaire important. Georges Saulnier y travaillait en 3/8 en tant que contrôleur.
Il était domicilié aux Cités Capitaine de la SNCF. Syndiqué à la CGT, il était aussi militant du PCF.
Pendant une dizaine d’année il se rendit régulièrement à la Fête de l’Humanité pour participer à l’animation du stand de la Fédération des Bouches-du-Rhône.

D’après un cahier de notes tenu par la trésorière de cellule Paulette Argiolas, Georges Saulnier faisait partie en 1985 de la cellule du PCF Blanc Croizat, issue de la fusion des cellules Isidore Blanc et Ambroise Croizat.

Il est enterré au cimetière de Miramas aux côtés de sa femme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240272, notice SAULNIER Georges, Jean par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 30 avril 2021, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Renaud Poulain-Argiolas

Fête de l’Humanité 1970, stand des Bouches-du-Rhône. De droite à gauche : Georges Saulnier, M.-C. Astier, René Caramini, Jean-Marie Argiolas, Paulette Argiolas et Roger Juana.

SOURCES : Arch. dép. de Côte-d’Or, État civil de Dijon, 1938, Mariages, Acte n°426. — Données du site Généanet. — Site Match ID, Acte n°169 N, Source INSEE : fichier 1987, ligne n°73668. — Propos recueillis auprès de René Caramini, Roger Juana et Dominique Pédinielli. — Cimetière de Miramas. — Archives Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément