DOUCET Jean-Paul, Marie, Germain, René

Par Bernard Geay

Né le 13 septembre 1946 à Saint-Jean de Boiseau (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), décédé le 18 novembre 2013 à Saint-Herblain (Loire-Atlantique) ; ouvrier ajusteur puis technicien dessinateur ; militant JOC puis CFDT, permanent national (1969-1972) puis président de la JOC (1972 – 1974), délégué du personnel CFDT aux Ateliers et chantiers de Bretagne à Nantes (Loire-Atlantique), secrétaire général de l’Union locale des Retraités CFDT de Nantes et alentours (2011 – 2013).

Jean-Paul Doucet en 1996
Jean-Paul Doucet en 1996

Son père, Jean-Marie Doucet (1924 - 2001), était ouvrier non qualifié à l’arsenal d’Indret, commune d’Indre, situé sur une ancienne île de Loire en aval de Nantes. Il travailla au sablage des pièces puis au découpage des tôles à la chaudronnerie. Il fut syndiqué à la CFTC puis à la CFDT. Sa mère, Marguerite Herfray (1924 - 1978) était mère au foyer. Elle décéda d’une leucémie foudroyante. Jean-Paul était l’aîné des cinq enfants, trois filles et deux garçons. La famille était catholique pratiquante.

Jean-Paul Doucet fréquenta l’école privée jusqu’au certificat d’études primaires. À l’âge de quatorze ans, il entra en apprentissage d’ajusteur à l’arsenal d’Indret. Après avoir obtenu en 1965 son diplôme de formation technique et son CAP, il devint ouvrier ajusteur à l’atelier de mécanique et se syndiqua à la CFDT. Exempté de service militaire pour raisons médicales, il suivit les cours du soir pour devenir dessinateur industriel et fut affecté aux bureaux d’études.

Travailler pour l’industrie militaire mettait mal à l’aise Jean-Paul Doucet, militant à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) dont il fut responsable du secteur Basse-Loire sud et syndiqué à la CFDT. En 1969, il lui fut proposé de devenir permanent au secrétariat national de la JOC à Paris. Il démissionna de l’arsenal alors qu’il aurait pu bénéficier d’une mise en disponibilité avec droit de réintégration. De 1972 à 1974, il fut président national de la JOC, succédant à Guy Léger. A partir de 1974, il prit la responsabilité du Centre de formation et d’échanges internationaux (CFEI) de la JOC situé à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), fonction qu’il occupa jusqu’en 1978.

Entre temps, il s’était marié en 1975 avec Rolande Maquaire, née le 3 août 1945 à Montreuil (département de la Seine, Seine-Saint-Denis) mais dont la famille était originaire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Aide-soignante de profession, elle fut permanente nationale puis secrétaire générale de la JOCF. En 1978, le couple vint s’installer en Loire-Atlantique et eut deux enfants.

Après une période en emploi intérimaire, Jean-Paul Doucet fut embauché en 1979 comme dessinateur industriel aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes. Il y milita à la CFDT et fut élu délégué du personnel. Mais, dans la décennie suivante, l’entreprise connut plusieurs plans de restructuration et il fut licencié pour motif économique en 1987. Ensuite, il ne retrouva du travail comme dessinateur que dans les entreprises sous-traitantes de la métallurgie, notamment chez ATMI (Assistance technique aux métiers de l’industrie), dans lesquelles l’activité syndicale n’était pas bienvenue. Il continua cependant d’adhérer à la CFDT.

Ce n’est qu’une fois à la retraite, intervenue en fin d’année 2003, que Jean-Paul Doucet retrouva vraiment le militantisme syndical. Il s’investit alors à la CFDT Retraités et, à partir de mars 2007, il fut responsable de la Section locale des retraités CFDT Basse-Loire sud et membre du bureau de l’Union Locale des retraités CFDT de Nantes et alentours, dont il devint le secrétaire-adjoint en 2010 et le secrétaire général à partir de septembre 2011, succédant à Marie-Luce Aunette.

Jean-Paul Doucet eut également des engagements associatifs et politiques, à l’Action catholique ouvrière (ACO), au Parti socialiste unifié (PSU) puis au Parti socialiste (PS) à partir de 1974, lorsqu’après les « Assises du socialisme » Michel Rocard et une partie du PSU rejoignirent le PS. Il fut élu conseiller municipal de 1983 à 1995 à Bouguenais (Loire-Atlantique) sur la liste d’union de la gauche, avec fonction d’adjoint à l’urbanisme dans le premier mandat (1983 – 1989. En 2010, il rejoignit « Solida-Roms Bouguenais », association de soutien aux familles roms. Son épouse travailla au SSIAD (Service de soins infirmiers à domicile) de Bouguenais. Elle fut également adhérente CFDT et très investie à la Confédération syndicale des familles (CSF).

Durant toute sa vie, Jean-Paul Doucet fut animé de sa foi dans l’homme, toujours soucieux des plus faibles et des plus démunis. Progressivement il prit ses distances avec l’Eglise à partir du milieu des années 1990. Il décéda brutalement le 18 novembre 2013 à l’âge de soixante-sept ans. Ses obsèques furent célébrées civilement le 23 novembre au cimetière des Couëts à Bouguenais, en présence de sa famille et de nombreux camarades ou amis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240283, notice DOUCET Jean-Paul, Marie, Germain, René par Bernard Geay, version mise en ligne le 2 mai 2021, dernière modification le 2 mai 2021.

Par Bernard Geay

Jean-Paul Doucet en 1996
Jean-Paul Doucet en 1996

Sources :
Arch. Union départementale CFDT de Loire-Atlantique, Centre d’histoire du travail de Nantes. —. Entretien avec Rolande Doucet et Bernard Doucet (frère de Jean-Paul) le 16 mars 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément