TORRALBA Pierre, Guillaume

Par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

Né le 10 février 1888 à Algar (Espagne), mortellement blessé en action à Pusignan (Isère, Rhône depuis 1967) le 31 août 1944 , mort le même jour à Crémieu (Isère) ; manœuvre ; résistant FTP-MOI, homologué sergent des Forces françaises de l’Intérieur

Pierre Torralba était le fils de Joseph Torralba et Florentine Calderon
Il épousa Maria Luisa Albaladejo le 6 septembre 1914.
Pierre Torralba émigra en France le 15 mars 1915.
Sa femme et son premier enfant le rejoignirent par la suite dans la région lyonnaise.
La famille obtint la nationalité française par décrets du 4 décembre 1928, parus au JO du 16 décembre 1928.
En 1944, elle habitait 20 rue Flachet à Villeurbanne (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon).
Pierre Torralba était manœuvre aux Établissements Gendron, fabricant de machines-outils, à Villeurbanne.
Toute la famille Torralba s’impliqua dans la Résistance dans le Rhône  : Pierre Torralba père, qui y laissa sa vie, ses fils Joseph, alias Mers Antonio Mimosa (né le 12 juin 1915 à Algar), Pierre, Paul (né le 25 février 1925 à Vaulx-en-Velin-mort le 19 mai 2003), et sa fille Flore.
Pierre Torralba rejoignit les rangs du Bataillon FTP-MOI "Carmagnole".
Il participa à l’insurrection de Villeurbanne et se replia le 26 août 1944 vers l’Est avec ses camarades FTP-MOI et des combattants des Milices patriotiques.
À Pont-de-Chéruy (Isère), son unité fusionna avec celle des maquisards d’Aiguebelette-la-Bridoire (Savoie) commandée par Baptiste Saroglia, pour constituer le bataillon Henri Barbusse.
Le 31 août 1944, Pierre Torralba fut mortellement blessé lors du combat qui eut lieu à Pusignan (Isère, Rhône depuis 1967), entre le bataillon Henri Barbusse et une unité de plusieurs centaines de soldats allemands.
Il fut transporté à l’hôpital de Crémieu (Isère) où il fut déclaré mort à 23h30.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, sergent des Forces françaises de l’Intérieur (Mention rectificative en marge de l’acte de décès, Paris, 13 août 1956).
Son nom figure sur le monument aux morts de Villeurbanne (écrit Toralba), sur la stèle commémorative des combats à Pusignan, sur le monument commémoratif au Bataillon FTP-MOI Carmagnole-Liberté, place Sublet à Vénissieux (Métropole de Lyon) et sur la stèle « Gendron » de Villeurbanne.


Voir : Pusignan, 31 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240290, notice TORRALBA Pierre, Guillaume par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 1er mai 2021, dernière modification le 28 novembre 2021.

Par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 164633 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 573915 et 573922 (nc) ; GR 19 P 69/37, p. 23 et 69/39, p.54. — Jean Bathias, Paul et Jean, Résistants de Villeurbanne, BGA Permezel, septembre 2005, 60 p. — Mémorial GenWeb. — Geneanet. — JORF Gallica. —État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément