RIZOS Achille

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 7 mars 1924 à Lyon (Rhône), mort en action le 20 août 1944 à Levet (Cher) ; résistant de l’AS et des FFI.

Achille Rizos pour qui nous manquons d’informations était réfractaire au STO et entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) puis aux FFI du Cher. Après sa dissolution le 1er régiment d’infanterie de l’armée d’armistice passa dans la clandestinité et ses compagnies furent reconstituées en juillet 1944 sous les ordres du colonel Bertrand pour former le 1er régiment des FFI du Cher. Achille Rizos fut affecté à la 2e compagnie du régiment. Les compagnies du régiment furent réparties sur les axes de retraite des unités allemandes afin de leur barrer la route sous diverses formes : destructions, sabotages, attaques de garnisons et de convois, harcèlement de l’ennemi, contrôle des axes de communication, lutte contre la Milice.
Achille Rizos fut tué à l’ennemi le 20 août 1944, à Levet (Cher).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la stèle commémorative à Saint-Just (Cher) et le monument aux morts, à Mâcon (Saône-et-Loire).
Le 1er régiment d’infanterie fut décoré de la Médaille de la Résistance par décret du 31 mars 1947.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240308, notice RIZOS Achille par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 2 mai 2021, dernière modification le 2 mai 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 513610. — AVCC, Caen, AC 21 P 143898 (non consultés).— Musée de la Résistance 1940-1945 Drapeau du 1er régiment d’infanterie, article de Fabrice Bourrée.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément