ETCHART Arnaud

Par Jacques Girault

Né le 13 février 1883 à Juxue (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort le 17 juin 1958 à Pau (Pyrénées-Atlantiques) ; professeur ; militant radical-socialiste ; conseiller général des Basses-Pyrénées.

Fils d’un instituteur, Arnaud Etchart, élève de l’École normale d’instituteurs de Lescar (Pyrénées-Atlantiques) en 1901-1902, exerça dans le département comme instituteur (Bidart en 1902-1903, Biarritz en 1903) avant d’être nommé comme instituteur délégué à l’école primaire supérieure de Salies-de-Béarn en 1904. Après son service militaire (1904-1905), il entra à l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1905, lettres). Titulaire du certificat d’aptitude au professorat en 1907, il fut nommé professeur à l’École normale d’instituteurs de Lescar (1907-1909) puis devint inspecteur primaire dans le Tarn (1909-1914). Il entra en conflit avec la municipalité de Castres qui lui reprochait de mépriser les hommes politiques puis d’avoir réglé des comptes lors de la réception organisée par l’amicale des instituteurs lors de son départ après avoir été déplacé d’office dans l’Ariège en 1912. Toutefois devant les milieux enseignants et des élus de gauche la mesure fut rapportée. Il fut nommé directeur de l’École normale d’instituteurs de Bonneville (Haute-Savoie) en 1914.

Mobilisé en août 1914, après un court passage au front, il retrouva son poste et fut à nouveau mobilisé en 1916 dans l’Infanterie coloniale comme lieutenant. Il resta sur le front jusqu’en 1919. À la rentrée de 1919, il fut nommé directeur de l’ENI de Lescar où il resta jusqu’en 1940 avant d’être nommé à la tête de l’Institut de formation professionnelle jusqu’à sa retraite en février 1943.

Dans sa pratique de directeur, Arnaud Etchart enseignait aux diverses promotions la morale, la psychologie et la sociologie. Son enseignement était marqué par une ouverture vers les recherches contemporaines. Il enseignait aussi l’histoire locale de son village, préparant ainsi les trois tomes parus entre 1943 et 1948 sous le titre De la France au Béarn et au Pays basque, histoire locale dans ses rapports avec l’histoire de France.

Etchart adhérait au Parti radical-socialiste. Il fut élu conseiller général du canton en 1937. Une demande d’annulation fut instruite par son adversaire car il était chargé d’inspection dans le canton de Lescar. Après l’annulation, il fut réélu mais, entre-temps il avait obtenu d’être déchargé de ses fonctions d’inspection.

Après avoir encouragé ses élèves et son personnel à aider les républicains espagnols, il prit position en faveur des accords de Munich et le fit savoir à ses élèves. En mars 1939, interrogé dans un cours par ses élèves, il reconnut publiquement s’être trompé.

Veuf en 1929, Arnaud Etchart se remaria en août 1931 à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques) avec une institutrice de l’école annexe. Il avait eu deux enfants avec sa première épouse. L’un d’entre eux mourut accidentellement en 1937.

Etchart figurait sur les listes radicales socialistes pour les élections législatives de 1945-1946.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24032, notice ETCHART Arnaud par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 décembre 2008, dernière modification le 5 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F/17 24999. — Pierre Barets, ouvrage sur l’École normale d’instituteurs de Lescar. — Notes d’Étienne Camy-Peyret.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément