ALBERTINI, alias Ravi dans la résistance

Par Bruno Peyron

Né à une date et un lien non connus, exécuté sommairement par la Résistance le 6 août 1944 à L’Hôpital-sur-Rhins (Loire) ; employé ; résistant au sein des Mouvements unis de la Résistance, du Mouvement de libération nationale (MLN).

On ignore tout du dénommé Albertini si ce n’est qu’il était employé au service du Ravitaillement et qu’il était marié.
Il rejoignit la Résistance où il occupa des responsabilités. Sous le nom de Ravi, il fut responsable du Noyautage des administrations publiques (NAP), organisation fondée par des membres du Mouvement Combat pour infiltrer les administrations de l’État français. Il aurait été membre du la direction clandestine du Mouvement de Libération nationale (MLN), membre du directoire des Mouvements unis de la Résistance (MUR).

Albertini aurait commis des vols et vendu du tungstène aux Allemands dont l’argent était récupéré par sa maîtresse, Germaine B.

Il fut arrêté le 6 août 1944 à 17 heures place Pupulle à Roanne par l’Armée secrète de Roanne. Il fut jugé par un tribunal de circonstance dont faisait partie René Gentgen et René Roinat.
Jean Monat, dans une lettre, reconnut avoir participé aux côtés du lieutenant Barriquand à l’exécution sur ordre du commandant Gentgen alias Terrière. Dans cette lettre confession, Monat disculpa le capitaine Tomesini, alias Albert, qui au moment des faits s’était retiré sur le chemin de Molière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240333, notice ALBERTINI, alias Ravi dans la résistance par Bruno Peyron, version mise en ligne le 20 novembre 2021, dernière modification le 20 novembre 2021.

Par Bruno Peyron

SOURCES : René Gentgen, Résistance Loire, éd. Esperluette, 1993. — Lettre de Jean Monat, archives privées Cellar. — Arch. Dép. de la Loire : Fiche Peycelon sur la répression.

Version imprimable Signaler un complément