LE COMPASSEUR DE CREQUI-MONTFORT DE COURTIVRON Roger, Stanislas, Marie, Camille

Par Michel Aguettaz, Annie Pennetier

Né le 4 octobre 1916 à Neuilly-sur-Seine (Seine, Hauts-de-Seine), exécuté le 23 ou 24 août 1944 à Saint-Michel-de-Maurienne (Savoie) ; ingénieur ; résistant de l’Armée secrète.

Fils de Henri Marie Georges Le Compasseur de Crequi-Montfort de Courtivron, marquis, et de Agnès Hélène de Polignac, fille du prince Camille de Polignac, Roger Stanislas, titré comte, était dénommé Decrequi. La famille paternelle appartenait à la noblesse de Côte d’Or, du village de Courtivron près de Dijon. Son père (1877-1966) était un explorateur, il dirigea la mission scientifique française « Créqui-Montfort » chargé d’explorer les hauts plateaux andins en 1903, un anthropologue, officier, diplomate, en 1917 au haut-commissariat de la république française aux États-Unis à Washington, et membre de différents conseils d’administration, de la Compagnie française de banque et mines puis du Crédit mobilier français.
Artiste peintre, ingénieur des Arts-et-métiers , Roger Stanislas Le Compasseur fit partie de la promotion 1941 des élèves de l’École Centrale. Entré comme ingénieur chez Alès-Froges-et-Camargue (AFC, devenu Pechiney), il avait déjà travaillé à l’usine de la Saussaz de Saint-Michel-de-Maurienne en 1942 avant d’être muté à l’usine de Saint-Jean-de-Maurienne pour revenir en avril 1944 à Saint-Michel.
Le 22 août 1944, il avait prévenu son directeur qu’il allait rejoindre le maquis. Parti en fin d’après-midi vers le camp de Rochilles pour y prendre le commandement d’une pièce, il fut arrêté peu après sur la route et emmené à la Kommandantur et dès lors ne fut plus revu vivant.
Le 28 septembre 1944, un camarade de Roger Le Compasseur, sollicité par le père de ce dernier, entrepris des recherches. C’est dans une tranchée fraîchement creusée à proximité du cimetière de Saint-Michel, sous quelques centimètres de terre qu’il retrouva le corps de son collègue et ami.

Il a été reconnu Mort pour la France,
Il a été décoré de la Croix de guerre 1939-1945, avec une citation à l’ordre du jour du Corps d’Armée en tant que chef de secteur de la 1ère Compagnie du 1er bataillon de l’Armée secrète de Saint-Jean-de-Maurienne. Son nom n’apparait pas dans la liste des noms des membres du 1er bataillon AS de Savoie (GR 19P 73/2).

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Michel-de-Maurienne, sur la plaque commémorative de l’ECAM (École Centrale des Arts et Manufactures) et sur
la Liste des Morts pour la France de l’École Centrale, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240338, notice LE COMPASSEUR DE CREQUI-MONTFORT DE COURTIVRON Roger, Stanislas, Marie, Camille par Michel Aguettaz, Annie Pennetier, version mise en ligne le 11 mai 2021, dernière modification le 11 mai 2021.

Par Michel Aguettaz, Annie Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 3808 W 1306. — Arch. Dép. Savoie. — État civil, mairie de Saint-Michel-de-Maurienne.— SHD Vincennes, pas de dossier résistant. — Base Leonor, absent. — MémorialGenweb. —Wikipedia, notice Georges de Créqui-Montfort.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément