RIOU Noël, Marie, alias Jean Picard, Jean Damien

Par Annie Pennetier

Né le 5 février 1898 à Plomelin (Finistère), mort le 7 juillet 1964 à Fouesnant (Finistère) ; socialiste SFIO ; syndicaliste du Syndicat Général de la Police ; résistant ; compagnon de la Libération.

Noël Riou était le fils de Noël Riou (42 ans) agriculteur au manoir de Mossilien à Plomelin et de Marie Josephe Sévère (34 ans). Incorporé en avril 1918 dans l’infanterie, il fut démobilisé en juin 1921 et s’engagea dans la police parisienne comme gardien de la paix. Il se maria le 16 août 1933 avec Marie Bernadette Lagadec à Plouédern (Finistère). Socialiste, il militait à la SFIO
Quand, en 1940, le SGP (Syndicat Général de la Police) fut dissout, son secrétaire général, Noël Riou, entra dans la clandestinité, avec les autres membres de l’appareil syndical. Fin juin 1940, contact de l’Intelligence Service, par l’intermédiaire du colonel Schort installé à l’ambassade américaine de Paris, il lui transmettait des renseignements concernant les mouvements de troupes allemandes ainsi que des documents d’État-major. Il mit également en place une filière d’évasion d’ officiers anglais et français prisonniers vers l’Espagne et le Portugal, en liaison avec Natalis Dumez et le brigadier de police Jules Nautour de Lille, les créateurs de La Voix du Nord. Contraint à la retraite pour « raisons de santé » le 4 octobre 1941, afin d’éviter une arrestation certaine, Noël Riou gagna la Bretagne. Il y organisa un groupe qui avait déjà aidé madame Yvonne de Gaulle à rejoindre son mari en Grande-Bretagne ; il fournissait faux-papiers et renseignements. Livré par son officier de liaison, il fut arrêté par les Allemands le 8 mai 1942 dans le Finistère, à Beg-Meil-en-Fouesnant puis interné à Fresnes (Seine, Val-de-Marne). Maltraité, il fut déporté en Allemagne le 10 octobre 1942, non sans avoir été condamné à mort sans comparution.
Il séjourna à Hinzert et à Wittlich, pour être libéré par les Alliés le 26 mars 1945, à Rollwald près de Francfort-sur-le-Main.
À son retour de détention, il devint directeur adjoint de la Police Municipale à Paris.
Homologué chef de mission de 1re classe (lieutenant-colonel), décoré de la Croix de guerre 1939-1945 avec palme, Médaille d’Honneur de la police, Noël Riou a été fait Compagnon de la Libération « pour avoir organisé le premier mouvement de résistance à la Préfecture de Police » et officier de la Légion d’Honneur par décret du 12 juin 1945.
À son retour en Bretagne, il devint président de l’Association des Français libres du Sud-Finistère et secrétaire général de l’Association départementale des déportés résistants.
Noël Riou est mort le 7 juillet 1964 à Beg-Meil-en-Fouesnant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240440, notice RIOU Noël, Marie, alias Jean Picard, Jean Damien par Annie Pennetier, version mise en ligne le 11 juillet 2021, dernière modification le 11 juillet 2021.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, 2010. — Site.memoresist. — État civil de Plomelin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément