LAGRUE Nicolas, Androphile

Par François Gaudin

Né en 1810 à Faulx (Meurthe), mort-après 1894 ; professeur d’agriculture ; saint-simonien et publiciste socialiste.

Fils de cultivateur, Androphile Lagrue fut un militant par l’écrit. Acquis très tôt aux idées progressistes, il publia dès 1832 un opuscule intitulé Sur la religion saint-simonienne. Après un passage à l’École normale de Nancy, il fut nommé titulaire de la chaire d’agriculture à l’École normale d’instituteurs de Mirecourt et devint professeur d’agriculture en 1837. Il se consacra à son métier tout en rédigeant des manuels et en écrivant des brochures marquées par des idées généreuses. En 1844, il rédigea un Projet général pour l’extinction du paupérisme, avec l’application à la ville de Nancy, qui préconisait la relégation des indigents dans des colonies agricoles.
On ignore quel rôle il joua lors de la Révolution de 1848. En 1851, il signa La Providence médicale, institution philanthropique, sous le patronage des mairies, pour l’administration des secours de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie par abonnement : plan de l’organisation actuelle de l’institution.
Il collabora ensuite à la rédaction du Dictionnaire universel de Maurice Lachâtre (1852-1856), dont il fut, pour le premier volume, un des principaux rédacteurs. Comme Lachâtre, lui aussi ancien saint-simonien, Lagrue puisait dans différentes doctrines sociales sans s’affilier à aucune, tout en proposant des solutions concrètes. Comme d’autres membres de l’équipe lexicographique réunie par Lachâtre, il s’intéressa aussi à la langue française et donna, en 1857 un Système graphique français, en un seul tableau, comprenant les signes, les lettres, les sons, les syllabes régulières et irrégulières de la langue française et déterminant la prononciation. À la fin de l’Empire, il proposa en 1870 sa Solution de la question sociale, qui avait pour origine un discours prononcé devant les députés.
Alors domicilié à Paris, il signa en 1876 Le Milliard de la République. Pétition et projet de loi adressée à la chambre des députés par un électeur du XVe arrondissement de Paris. Programme économique complétant le programme politique de Laurent Pichat. En novembre 1883, il créa toujours à Paris L’État socialiste : ce « Journal républicain pour l’extinction du paupérisme » avait pour devise « L’union fait la force » et visait la suppression radicale de la misère intellectuelle, morale et matérielle.
Resté lié aux milieux dont il était proche depuis le début de sa carrière, Lagrue confia en 1884 aux bureaux de l’Enseignement agricole, la publication d’une brochure sur Le Budget socialiste. Toujours attaché à la protection sociale, il y revendiquait la retraite à soixante ans. On signalera encore sa brochure parue en 1890, Le Crédit gratuit en France et ailleurs par le Trésor public, solution de la question sociale par le crédit-impôt..., qui ne fut pas sans écho puisqu’elle fut discutée dans le cercle de la Bibliothèque socialiste animé par les guesdistes.
Son ultime opus parut en 1894, sous le beau titre L’Âge d’or par la fraternité active ; il continuait d’y défendre des idées qui lui étaient déjà chères dans les années 1830.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240444, notice LAGRUE Nicolas, Androphile par François Gaudin, version mise en ligne le 11 mai 2021, dernière modification le 11 mai 2021.

Par François Gaudin

ŒUVRE : Sur la religion saint-simonienne, Nancy, impr. de Dard, successeur de M. Barbier, 1832, 64 p. – « Quelques réflexions adressées à M. Gauguier, député et membre du Conseil général des Vosges », Journal de la Meurthe, 5 nov. 1837, Nancy, impr. Lepage, 4 p. – Amélioration de l’agriculture par l’enseignement..., Paris, Mme Huzard, 1837 – Considérations sur les moyens d’organiser l’enseignement de l’agriculture dans les écoles normales primaires, Nancy, impr. de L. Vincenot, 1838. – Projet général pour l’extinction du paupérisme, avec l’application à la ville de Nancy, Nancy, 1844, 16 p. – Méthode usuelle et simultanée de lecture et d’écriture à l’usage des écoles primaires, Nancy, 1845. – Agenda du cultivateur et comptabilité agricole, L. Colas, 1851. – La Providence médicale, institution philanthropique, sous le patronage des mairies, pour l’administration des secours de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie par abonnement : plan de l’organisation actuelle de l’institution, Poissy, impr. de Arbieu, 1856, 12 p. – Système graphique français…, Paris, Desloges, 1857. – Solution de la question sociale, Paris, Impr. de Voitelain 28 décembre 1870, 8 p. – Le Milliard de la République. Pétition et projet de loi adressée à la chambre des députés par un électeur du XVe arrondissement de Paris. Programme économique complétant le programme politique de Laurent Pichat, Paris, imp. de E. Donnaud, 1876, 8 p. – L’État socialiste, dir. A. Lagrue, 1883 – Le Budget socialiste. Trois milliards de recettes, chaque année, sans frais de perception, au moyen du timbre mobile. Système du crédit-impôt... Pétition, Paris, bureaux de l’Enseignement agricole, 1884, 16 p. – Le Crédit gratuit en France et ailleurs par le Trésor public, solution de la question sociale par le crédit-impôt..., Paris, 1890, 24 p. – L’Âge d’or par la fraternité active, 1894, 12 p.

SOURCES : Arch. Dép. Meurthe, 5 Mi 186/R – André Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1998. – François Gaudin, Maurice Lachâtre., éditeur socialiste (1814-1900), Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2014. – Fabien Knittel, « Androphile Lagrue. Un professeur d’agriculture progressiste à travers le XIXe siècle », Le Monde perdu de Maurice Lachâtre, Paris, éd. Champion, 2005. – E. Mermet, Annuaire de la presse, de la publicité et de la communication, 1883.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément